Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Hongrie : la télévision publique devance ses concurrents en matière d’information
Publié le 

20 juin 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Hongrie : la télévision publique devance ses concurrents en matière d’information

Hongrie : la télévision publique devance ses concurrents en matière d’information

« On joue ! », dans la version originale : « Jatékban vagyunk » – c’est le slogan de la télévision hongroise MTV qui commença à émettre quelques semaines après la répression sanglante de l’insurrection de 1956 par les chars soviétiques.

Une télévi­sion qui pen­dant de longues décen­nies res­ta la seule et unique chaîne et qui n’émet­tait pas le lun­di. L’ar­rivée mas­sive d’émet­teurs privés après 1989 a totale­ment trans­for­mé le paysage audio­vi­suel en Hon­grie. Mais ce n’est que ces dernières années que la télévi­sion publique a dévelop­pé son offre et amélioré la qual­ité de ses émis­sions.

Aujour­d’hui, la télévi­sion publique hon­groise, ce sont 4 chaînes thé­ma­tiques : M1 pour les infor­ma­tions, M2 pour les dessins ani­més et pro­grammes pour enfants, M3 pour les films et M4 pour le sport. Il y a encore la chaîne de ciné­ma et de diver­tisse­ment TV2 qui fait depuis des années une con­cur­rence acharnée à la chaîne alle­mande RTL Klub pour le titre de chaîne la plus regardée du pays, et aus­si Duna et Duna World qui s’adressent aux téléspec­ta­teurs en Hon­grie et à l’é­tranger.

C’est la chaîne d’in­for­ma­tion en con­tinu M1 qui joue le pre­mier rôle dans la vie poli­tique. Elle est con­sid­érée comme pro-gou­verne­men­tale par la gauche libérale-lib­er­taire. Ce n’est pas faux dans la mesure où la télévi­sion publique hon­groise a tou­jours été pro-gou­verne­men­tale, y com­pris à l’époque des gou­verne­ments de la gauche et des libéraux. La télévi­sion publique n’avait par con­tre encore jamais atteint un tel niveau de qual­ité et de pro­fes­sion­nal­isme, et cette affir­ma­tion vaut aus­si pour sa chaîne M1.

Out­re le bloc des pro­grammes du soir résumant la journée écoulée, le point fort de M1, c’est le bloc d’in­for­ma­tion qui dure 3 heures chaque matin avec notam­ment de cour­tes rela­tions en direct des cor­re­spon­dants de la chaîne à Bag­dad, Vienne, Paris, Wash­ing­ton, etc. Sans les rap­ports des cor­re­spon­dants de M1 depuis le Moyen-Ori­ent, le gou­verne­ment hon­grois aurait sans doute réa­gi à la vague d’im­mi­grants musul­mans moins vite et de manière moins décidée.

M1 pro­pose aus­si de nom­breuses dis­cus­sions avec des experts à la fois pour les ques­tions inter­na­tionales et nationales. Par con­tre, les hommes et femmes poli­tiques des par­tis au pou­voir et de l’op­po­si­tion ne sont pas sou­vent invités dans les stu­dios de M1. Et s’ils sont invités, ce ne sont pas les lead­ers de ces par­tis. Cette règle vaut aus­si pour les min­istres qui délèguent générale­ment dans les émis­sions de télévi­sion leurs adjoints com­pé­tents pour les ques­tions dis­cutées.

Le pre­mier min­istre Vik­tor Orbán lui-même préfère la radio pour son inter­view heb­do­madaire (le ven­dre­di ou le lun­di) de 30 à 60 min­utes. La stratégie de com­mu­ni­ca­tion du gou­verne­ment, pour ce qui est de la télévi­sion, s’ap­puie plutôt sur les con­férences de presse de János Lázár, min­istre sans porte­feuille et chef du cab­i­net du pre­mier min­istre. Lors de ces con­férences de presse fréquentes et qui durent par­fois plusieurs heures, János Lázár, juriste de for­ma­tion, brille générale­ment par sa con­nais­sance des sujets et son habileté ora­toire qui le pla­cent large­ment au-dessus des jour­nal­istes qui posent les ques­tions. Cela lui vaut de faire l’ob­jet de spécu­la­tions sur sa qual­ité de suc­cesseur poten­tiel de Vik­tor Orbán à la tête du gou­verne­ment et du par­ti Fidesz.

Pour revenir à la chaîne de télévi­sion M1, une autre chose qui mérite l’at­ten­tion, c’est l’an­nonce des infor­ma­tions du jour répétée plusieurs fois par heure, par blocs d’une minute à peine, avec un gros plan sur le vis­age du présen­ta­teur. Une autre curiosité, ce sont les infor­ma­tions émis­es entre 23h00 et 4h00 en anglais, alle­mand et… chi­nois (Duna World pro­pose encore plus d’in­for­ma­tions et d’émis­sions dans ces langues).

Si l’on ajoute à cela l’équipe de jour­nal­istes choi­sis non seule­ment pour leur présen­ta­tion mais surtout pour leurs com­pé­tences, et qui sont donc d’âge moyen ou même avancé, il n’est pas sur­prenant que la chaîne M1 ait été regardée par 4 % des téléspec­ta­teurs en moyenne l’an­née dernière, ce qui est plutôt beau­coup pour une chaîne d’in­for­ma­tions et ce qui laisse loin der­rière les con­cur­rents, HírTV et Echo.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Emmanuel Goldstein

PORTRAIT — Il n’est ni jour­nal­iste, ni directeur de jour­nal, ni même mag­nat de la presse et pour­tant il exerce une influ­ence con­sid­érable sur les médias, directe et indi­recte. Por­trait d’un homme de réseau.

Audrey Crespo-Mara

PORTRAIT — Aupar­a­vant jour­nal­iste de sec­onde main, Audrey Cre­spo-Mara est dev­enue pro­gres­sive­ment, par la force des choses, une « femme de », celle de Thier­ry Ardis­son, avant de touch­er le grand pub­lic en devenant le jok­er de Claire Chaz­al aux jour­naux du week-end sur TF1.

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision