Accueil | Actualités | Médias | Gros coup de filet sur les journalistes d’opposition en Turquie
Pub­lié le 17 décembre 2014 | Éti­quettes :

Gros coup de filet sur les journalistes d’opposition en Turquie

La police turque a procédé ce dimanche à de multiples interpellations aux quatre coins du pays, dont une majorité de journalistes et patrons de presse hostiles au régime.

Parmi les personnes arrêtées, accusées de « former un gang pour attenter à la souveraineté de l'État », figure Ekrem Dumanli, rédacteur en chef de Zaman, l'un des principaux quotidiens du pays. Le président de la chaîne de télévision Samanyolu a lui aussi été interpellé.

Tous sont suspectés d'être liés au prédicateur islamiste Fethullah Gülen, le grand rival d'Erdogan aujourd'hui exilé aux États-Unis mais qui reste très suivi en Turquie. C'est pour se prémunir de cette influence croissante que le président turc a organisé cette vague d'arrestation. En tout, 24 personnes ont été interpellées dimanche dernier.

L'Union Européenne n'a pas manqué de réagir dans la journée en déclarant que ces procédés étaient contraires aux « valeurs européennes » et à la « liberté de la presse ». Bruxelles met ainsi la pression en jouant sur le fait fait que la Turquie aspire à rejoindre l'UE depuis maintenant bientôt 10 ans.

Mais dès lundi le président Erdogan a répondu fermement aux critiques en parlant de mesures de « sécurité nationale » et en invitant les Européens à « se mêler de leurs affaires ».

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This