Accueil | Actualités | Médias | En province aussi, les journalistes sont des communicants
Pub­lié le 6 juillet 2013 | Éti­quettes : , ,

En province aussi, les journalistes sont des communicants

Il n'y a pas que les journalistes des médias nationaux qui prêtent leurs services aux hommes politiques en mal de « communicants » pour les entourer.

Cette évolution touche également les journalistes de la presse quotidienne régionale. Ainsi, Emmanuel Calayonni, jusqu'alors rédacteur en chef du quotidien Le Courrier de l'Ouest (Groupe SIPA Ouest-France), a rejoint depuis la mi-mai le cabinet du président du conseil général de Maine-et-Loire (et sénateur UMP) Christophe Béchu, auprès duquel il assure les fonctions de « conseiller spécial ».

Ce n'est pas la première expérience de ce journaliste dans le monde de la politique puisque, après avoir débuté sa carrière à Vendée Matin, comme rédacteur puis, à partir de 1999, comme directeur départemental, Emmanuel Calayonni occupa les fonctions de directeur de la communication de la ville de La Roche-sur-Yon, capitale de la Vendée, dont le maire d'alors n'était autre que le socialiste Jacques Auxiette, président du conseil régional des Pays-de-la-Loire.

Voir aussi notre dossier : Les journalistes politiques sont-ils devenus des communicants ?

Crédit photo : DR voicesofwomenmedia.org

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This