Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Dossier : aides à la presse, un scandale d’État ? [rediffusion]

21 août 2015

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Dossiers | Dossier : aides à la presse, un scandale d’État ? [rediffusion]

Dossier : aides à la presse, un scandale d’État ? [rediffusion]

Ini­tiale­ment pub­lié le 19/06/2015

Si l’on en croit le dernier rapport du Syndicat de la Presse Indépendante en Ligne (Spiil), paru le 2 juin dernier, le fonctionnement des aides à la presse en France relèverait presque du scandale d’État.

Le coût pour la col­lec­tiv­ité s’élève en effet, si l’on addi­tionne les aides directes (137 mil­lions) et les aides indi­rectes (971 mil­lions), à plus d’1,1 mil­liard par an. Pourquoi pas, dira-t-on, si l’on con­sid­ère que la presse est un secteur éminem­ment stratégique dont une démoc­ra­tie pour­rait dif­fi­cile­ment se pass­er, et si l’on ajoute que cette charge nationale est à peu près équiv­a­lente à celle du régime des inter­mit­tents du spec­ta­cle, autre joy­au de notre fière « excep­tion cul­turelle » ? Le mal­heur veut que ces aides, en pro­tégeant un secteur dévasté, d’une part l’empêchent de se réformer en pro­fondeur et de pren­dre la mesure de l’abîme sur lequel il danse depuis vingt ans, et d’autre part soient répar­ties de manière très injuste par­mi les dif­férents types de presse con­tem­po­raine. C’est ce que ce rap­port met pré­cisé­ment en lumière.

Des vieux schémas mentaux…

Dans le détail, l’É­tat a ver­sé en 2014 136,8 mil­lions € d’aides directes à la presse dont 113,9 mil­lions € d’aides réservées au sup­port papi­er et 22,9 mil­lions € d’aides indis­crim­inées entre papi­er et numérique, par le biais du Fonds stratégique pour le développe­ment de la presse. Ce sont donc 83% des aides qui sont dirigés vers le papi­er alors que, selon le Spi­il, aujour­d’hui 45% de la lec­ture de la presse se fait déjà sur un sup­port numérique. L’in­jus­tice est patente, fruit du puis­sant lob­by­ing des « instal­lés » que sont les antiques sup­ports de presse écrite. Nul n’en souhaite d’ailleurs la dis­pari­tion par principe, la lec­ture sur papi­er ayant des avan­tages incon­testa­bles. Seule­ment, il appa­raît claire­ment que l’É­tat con­tin­ue de raison­ner avec de vieux sché­mas men­taux.

96% des aides pour la presse d’information politique et générale !

Pire, l’iniq­ui­té se révèle dans la ven­ti­la­tion de ces aides directes : sur les 136,8 mil­lions globaux, 112,2 mil­lions ont été ver­sés, au tra­vers de dis­posi­tifs réservés de droit à la presse recon­nue d’in­for­ma­tion poli­tique et générale (IPG) et 24,6 mil­lions € au tra­vers de dis­posi­tifs non réservés à cette caté­gorie (l’Aide à la mod­erni­sa­tion des dif­fuseurs de presse et du Fonds stratégique pour le développe­ment de la presse). La pro­por­tion totale des aides directes qui sont attribuées à la presse IPG (aux aides réservées IPG s’a­joute la part des aides non réservées effec­tive­ment attribuée à la presse IPG) s’élève ain­si à 96%. Or, selon la Com­mis­sion par­i­taire, la presse IPG ne représente que 4% des pub­li­ca­tions papi­er et 30% des ser­vices de presse en ligne. Et pour­tant, c’est elle qui con­tin­ue d’avaler l’im­mense majorité des aides…

Les aides directes captées par le support papier

Si l’on s’aven­ture plus avant encore dans la répar­ti­tion pré­cise de ces aides, la vérité, qui est celle de la presse française depuis la Libéra­tion, saute aux yeux : c’est une nou­velle fois l’ul­tra-puis­sant Syn­di­cat général du livre et de la com­mu­ni­ca­tion écrite (SGLCE-CGT), scan­daleux syn­di­cat unique, qui dicte sa loi aux patrons de presse comme aux représen­tants de l’É­tat. Les plus gross­es part du juteux gâteau des aides directes sont en effet les suiv­antes : aide au portage (37,6 mil­lions), aide à la mod­erni­sa­tion de la dis­tri­b­u­tion de la presse quo­ti­di­enne nationale (32,9 mil­lions), exonéra­tions de charges patronales pour les col­por­teurs et por­teurs de presse (18 mil­lions) et l’aide à la mod­erni­sa­tion sociale de la presse quo­ti­di­enne d’IPG (11,8 mil­lions). Soit très exacte­ment toutes les tâch­es dans lesquelles sévit ce syn­di­cat dont une longue suite de scan­dales, intim­i­da­tions et autres manœu­vres illé­gales n’a pu jusqu’i­ci écorner le mono­pole dans la presse papi­er. Seul le Fonds stratégique pour le développe­ment de la presse, doté de 22,9 mil­lions, et répar­ti équitable­ment entre papi­er et numérique, parvient à échap­per à cette razz­ia.

En résumé, les aides directes de l’É­tat sont cap­tées par le sup­port papi­er, et par­mi celui-ci qua­si-exclu­sive­ment des­tinées à la presse dite d’In­for­ma­tion Poli­tique et Générale.

Une rente perpétuelle payée par le contribuable

La seule bonne nou­velle pour la presse numérique con­cerne les aides indi­rectes : la TVA a été abais­sée en jan­vi­er 2014 à 2,1% pour s’align­er sur celle de la presse papi­er.

Mais par­mi ces aides indi­rectes, dont le mon­tant avoi­sine le mil­liard d’eu­ros, 36% restent struc­turelle­ment réservées aux titres dis­tribués au for­mat papi­er : il s’ag­it de l’aide au trans­port postal (152 mil­lions d’eu­ros), ce qui sem­ble logique, mais égale­ment des annonces judi­ci­aires et légales (193 mil­lions d’eu­ros), ce qui con­stitue un autre scan­dale. Cette manne qui fait vivre des titres papiers depuis des décen­nies, grand bien leur fasse, n’a jamais pu être éten­due à la presse numérique, sans qu’au­cune rai­son val­able ait été don­née. Les cadors de la presse papi­er, encore une fois, ne lâchent rien et préser­vent leurs rentes per­pétuelles, payées par le con­tribuable. Les autres aides indi­rectes impor­tantes, qui s’ap­pliquent pour le coup évidem­ment aux deux types de presse, sont l’ex­onéra­tion de coti­sa­tion fon­cière des entre­pris­es (200 mil­lions par an) et l’a­bat­te­ment sur les coti­sa­tions sociales des jour­nal­istes (140 mil­lions). A quoi il faut ajouter la niche fis­cale jamais dénon­cée qu’est l’a­bat­te­ment sur l’im­pôt sur le revenu des jour­nal­istes, éval­uée à 60 mil­lions d’eu­ros.

Les médias sous perfusion

Le plus inquié­tant demeure le fait que depuis 2008, ces aides directes et indi­rectes à la presse n’ont cessé de pren­dre une part de plus en plus impor­tante rap­portées au chiffre d’af­faires du secteur : quand en 2008, elles en con­sti­tu­aient 11%, en 2013 (derniers chiffres con­nus), elles atteignaient près de 15%. Non pas d’ailleurs qu’elles aient elles-mêmes aug­men­té en vol­ume, mais plutôt que le chiffre d’af­faires glob­al de la presse n’ait con­tin­ué de chuter : des 10,5 mil­liards en 2008, il ne reste que 8,3 en 2013. Dans la presse IPG, le con­stat est encore plus dra­ma­tique : ces aides con­stituent aujour­d’hui 20% du chiffre d’af­faires. Nous sommes donc face à un monde sous per­fu­sion, qui con­tin­ue de don­ner des leçons à la terre entière, comme s’il était libre et indépen­dant, alors qu’il est de plus en plus partagé entre les intérêts de grands groupes aux intérêts par­fois antag­o­niques et la férule de l’É­tat-prov­i­dence.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision