Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Deux reporters d’ERTV agressés lors de la « Marche pour la dignité »

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

4 novembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Deux reporters d’ERTV agressés lors de la « Marche pour la dignité »

Deux reporters d’ERTV agressés lors de la « Marche pour la dignité »

Temps de lecture : 2 minutes

Alors qu’ils couvraient la « Marche pour la dignité » samedi 31 octobre à Paris, deux journalistes d’ERTV (Égalité & Réconciliation) ont été agressés par des manifestants.

Cou­tu­mi­er de ce genre d’événe­ments, Vin­cent Lapierre posait ses ques­tions habituelles aux per­son­nes présentes ce jour-là quand sa cam­era­man a été soudaine­ment attaquée par der­rière par un homme essayant de se saisir de sa caméra. Le jour­nal­iste ten­ta alors de l’en empêch­er et fut aus­sitôt plaqué au sol.

De son côté, la cam­era­man d’ERTV, Stéphanie, est frap­pée à la tête avant que les indi­vidus ne pren­nent la fuite. Une plainte pour vol avec vio­lence a d’ores et déjà été déposée.

En par­al­lèle, les man­i­fes­tants ont con­tin­ué à défil­er pour la « tolérance » dans cette man­i­fes­ta­tion organ­isée par le P.I.R., le Par­ti des Indigènes de la République, de Houria Bouteld­ja, en hom­mage aux deux jeunes Zyed et Bouna morts il y a dix ans. Y par­tic­i­paient des mil­i­tants EELV, NPA, Front de Gauche mais aus­si des mem­bres de la CNT et de la CGT.

« Encore une fois, la preuve par l’absurde est don­née que ces par­tis et asso­ci­a­tions n’appliquent pas leurs valeurs affichées et que leur véri­ta­ble fonc­tion est autre : con­fis­quer les colères – et la parole – pour les neu­tralis­er, avec la bien­veil­lance du Sys­tème », a com­men­té Égal­ité & Réc­on­cil­i­a­tion sur son site.