Accueil | Actualités | Médias | De la télévision à la production
Pub­lié le 26 novembre 2012 | Éti­quettes : , , ,

De la télévision à la production

Que faire après un poste de direction à la télévision publique ? De la télévision publique, pardi ! Mais cette fois dans le rôle de producteur au lucratif carnet d’adresses...

Patrick de Carolis, P-D-G de France Télévisions de 2005 à 2010, est devenu associé, à hauteur de 50% du capital, de New Way Com, une société de production à laquelle il apporte sa précieuse connaissance des rouages de la télévision, ainsi que son carnet d’adresse. Nicolas Traube, ancien directeur de la fiction de France 2, produit à présent pour la 2 et la 3 des téléfilms historiques.

Même topo dans le documentaire : Patricia Boutinard Rouelle, l’ex-responsable « documentaire » du groupe public, épinglée le 2 mars 2011 par Le Canard enchainé pour avoir commandé de nombreux films à une petite boîte de production dirigée par… son concubin, a quitté la chaîne peu après pour créer Nilaya Productions qui, dans la foulée, a vendu à France 2 « Guerre d’Algérie, la déchirure » et « Marine Le Pen, l’héritière »… Mais le champion toute catégorie de ce pantouflage un peu particulier reste Jean-Pierre Cottet, ancien DG de La Cinquième puis de France 5, qui produit avec sa femme et son fils pour 20 à 30 millions d’euros d’émissions vendues à France Télévisions.

Source : Capital, n° 254, novembre 2012, Olivier Giro, « Anciens de France Télévisions, ça rapporte ».

[divider]

Voir aussi

Infographies de l'Ojim

[fancy_images width="385" height="166"]
[image title="Infographies" alt="Infographies" link_to="https://www.ojim.fr/infographies-de-lojim/"]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2012/11/1-Infographie-LeMonde_home-page.jpg[/image]
[/fancy_images]

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This