Accueil | Actualités | Médias | De la télévision à la production
Pub­lié le 26 novembre 2012 | Éti­quettes : , , ,

De la télévision à la production

Que faire après un poste de direction à la télévision publique ? De la télévision publique, pardi ! Mais cette fois dans le rôle de producteur au lucratif carnet d’adresses...

Patrick de Carolis, P-D-G de France Télévisions de 2005 à 2010, est devenu associé, à hauteur de 50% du capital, de New Way Com, une société de production à laquelle il apporte sa précieuse connaissance des rouages de la télévision, ainsi que son carnet d’adresse. Nicolas Traube, ancien directeur de la fiction de France 2, produit à présent pour la 2 et la 3 des téléfilms historiques.

Même topo dans le documentaire : Patricia Boutinard Rouelle, l’ex-responsable « documentaire » du groupe public, épinglée le 2 mars 2011 par Le Canard enchainé pour avoir commandé de nombreux films à une petite boîte de production dirigée par… son concubin, a quitté la chaîne peu après pour créer Nilaya Productions qui, dans la foulée, a vendu à France 2 « Guerre d’Algérie, la déchirure » et « Marine Le Pen, l’héritière »… Mais le champion toute catégorie de ce pantouflage un peu particulier reste Jean-Pierre Cottet, ancien DG de La Cinquième puis de France 5, qui produit avec sa femme et son fils pour 20 à 30 millions d’euros d’émissions vendues à France Télévisions.

Source : Capital, n° 254, novembre 2012, Olivier Giro, « Anciens de France Télévisions, ça rapporte ».

[divider]

Voir aussi

Infographies de l'Ojim

[fancy_images width="385" height="166"]
[image title="Infographies" alt="Infographies" link_to="https://www.ojim.fr/infographies-de-lojim/"]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2012/11/1-Infographie-LeMonde_home-page.jpg[/image]
[/fancy_images]

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This