Accueil | Actualités | Médias | Crise de la presse : le point de vue de la Filpac-CGT
Pub­lié le 2 décembre 2014 | Éti­quettes :

Crise de la presse : le point de vue de la Filpac-CGT

La désindustrialisation de la presse obéit-elle à un plan concerté visant à redéfinir l’information comme « une simple marchandise hors des usages républicains » ?

Le Système d’information actuel ne sert-il plus qu’à habiller d’un masque acceptable la déchirure sociale d’un système en phase terminale ? La logique folle du marché est-elle en train de tuer la presse ? Les patrons de presse ont-ils définitivement raté leur révolution numérique ?

Telles sont quelques unes des stimulantes questions que soulève le numéro N° 162 d’Impac, le journal de la Fédération des Travailleurs des industries du Livre, du Papier et de la Communication – Filpac-CGT. Butinant le miel où il lui semble le meilleur, l’Ojim, qui est du côté de l’éclectisme, a choisi de livrer ce texte décapant à ses lecteurs.

Extrait

La civilisation du journal assurait les échanges et la circulation des idées et des opinions sur tout le territoire, de tous avec tous, une mission publique confiée par la Constitution, confirmée à la Libération. Le libéralisme opère une fracture dans la civilisation au profit du marché. Les décrets d’État, à commencer par celui de 2012, ont officialisé le détournement des fonds publics vers les entreprises qui ont donné la priorité à une réduction subventionnée des coûts salariaux et à une liquidation encouragée des usages civilisés de l’information imprimée.
(...)
Les parrains du marché ont fait ces dernières années leurs emplettes dans la presse et l’information, avec pour souci de la dominer, pas d’en faire principalement des profits ni d’y investir de l’argent. Ces grandes annexions ont été motivées par des actes de supérioritéstratégique. La banque se taille la part du lion, Crédit mutuel et Crédit agricole, les sociétés transnationales ont concentré le reste. Bouygues et Bolloré, les B and B de la Françafrique désormais privatisée elle aussi, Dassault, Niel, Bernard Arnault, Pinault, Rothschild...

Pour télécharger le n° complet, cliquez ici

Crédit photo : zigazou76 via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This