Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Crise de la presse : le point de vue de la Filpac-CGT

2 décembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Crise de la presse : le point de vue de la Filpac-CGT

Crise de la presse : le point de vue de la Filpac-CGT

La désindustrialisation de la presse obéit-elle à un plan concerté visant à redéfinir l’information comme « une simple marchandise hors des usages républicains » ?

Le Sys­tème d’information actuel ne sert-il plus qu’à habiller d’un masque accept­able la déchirure sociale d’un sys­tème en phase ter­mi­nale ? La logique folle du marché est-elle en train de tuer la presse ? Les patrons de presse ont-ils défini­tive­ment raté leur révo­lu­tion numérique ?

Telles sont quelques unes des stim­u­lantes ques­tions que soulève le numéro N° 162 d’Impac, le jour­nal de la Fédéra­tion des Tra­vailleurs des indus­tries du Livre, du Papi­er et de la Com­mu­ni­ca­tion – Fil­pac-CGT. Buti­nant le miel où il lui sem­ble le meilleur, l’Ojim, qui est du côté de l’éclectisme, a choisi de livr­er ce texte déca­pant à ses lecteurs.

Extrait

La civil­i­sa­tion du jour­nal assur­ait les échanges et la cir­cu­la­tion des idées et des opin­ions sur tout le ter­ri­toire, de tous avec tous, une mis­sion publique confiée par la Con­sti­tu­tion, confirmée à la Libération. Le libéralisme opère une frac­ture dans la civil­i­sa­tion au prof­it du marché. Les décrets d’État, à com­mencer par celui de 2012, ont offi­cialisé le détournement des fonds publics vers les entre­pris­es qui ont donné la pri­or­ité à une réduction subventionnée des coûts salari­aux et à une liq­ui­da­tion encouragée des usages civilisés de l’information imprimée.
(…)
Les par­rains du marché ont fait ces dernières années leurs emplettes dans la presse et l’information, avec pour souci de la domin­er, pas d’en faire prin­ci­pale­ment des prof­its ni d’y inve­stir de l’argent. Ces grandes annex­ions ont été motivées par des actes de supérioritéstratégique. La banque se taille la part du lion, Crédit mutuel et Crédit agri­cole, les sociétés transna­tionales ont con­cen­tré le reste. Bouygues et Bol­loré, les B and B de la Françafrique désormais privatisée elle aus­si, Das­sault, Niel, Bernard Arnault, Pin­ault, Roth­schild…

Pour télécharger le n° complet, cliquez ici

Crédit pho­to : zigazou76 via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision