Accueil | Actualités | Médias | (Auto) censure en Corse ?
Pub­lié le 29 mars 2013 | Éti­quettes :

(Auto) censure en Corse ?

On savait les Corses susceptibles. On en a eu une nouvelle preuve dernièrement.

En effet, le magazine Corsica devait publier, dans son édition de mars, un article sur une affaire de détournement de subventions du Conseil général de Haute-Corse pour la construction de gîtes ruraux. L'article était annoncé en une « Justice : les gîtes du clientélisme » et une photo en pleine page du président du conseil exécutif de Corse, le radical Paul Giacobbi, était même prévue !

Mais, comme le signale L'Express, « Le directeur de la publication du périodique a semble-t-il eu peur des retombées de l'affaire pour son titre. Il a donc censuré l'édition... en faisant coller les pages par l'imprimerie » ! Les pages 48 et 49 ont donc purement et simplement disparu du magazine.

Pour le directeur du magazine, Frédéric Poletti, il ne s'agit que d'une « mesure de prudence », afin d'éviter d'éventuels frais de justice.

Une méthode surprenante et pas très efficace, puisque « le numéro de mars de Corsica est devenu un collector. Et le décollage des pages un sport national ».

Source : L'Express

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This