Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Arte, une chaîne européiste peu regardée et… surfinancée

29 août 2016

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Arte, une chaîne européiste peu regardée et… surfinancée

Arte, une chaîne européiste peu regardée et… surfinancée

Comme le rapporte Challenges, Arte a touché en 2016 une confortable enveloppe de la part de l’État. Très confortable, s’il l’on s’en rapporte à son audience.

En effet, la chaîne fran­co-alle­mande a touché un beau pactole de 264 mil­lions pour une part d’au­di­ence de seule­ment 2,2 % chez les 4 ans et plus. En com­para­i­son, BFMTV a touché trois fois moins pour une part d’au­di­ence de 2,8 % et TMC qua­tre fois moins pour une part d’au­di­ence de 2,6 %. Cela n’a pas empêché Véronique Cay­la, patronne d’Arte France, d’en­tamer des négo­ci­a­tions pour le bud­get 2017 avec l’e­spoir d’en deman­der plus…

Pour jus­ti­fi­er cette enveloppe généreuse, les dirigeants de la chaîne insis­tent sur les sym­bol­es. Pour le prési­dent d’Arte GEIE, Peter Boud­goust, la chaîne reste « un des plus beaux emblèmes de la coopéra­tion fran­co-alle­mande ». « En cette péri­ode de crise pro­fonde de l’Europe, la respon­s­abil­ité de cette chaîne con­siste à porter les valeurs de la France, de l’Allemagne et de l’Europe », a‑t-il expliqué.

Et c’est bien là le cœur du sujet. Dans le dis­posi­tif télévi­suel, Arte présente un seul intérêt : pro­mou­voir les valeurs européennes, et donc l’eu­ropéisme. De quoi expli­quer les efforts de l’É­tat, et donc du con­tribuable, pour main­tenir sous per­fu­sion ce totem idéologique. Car comme l’a con­fié M. Boud­goust, l’ob­jec­tif d’Arte est de van­ter les mérites d’une « Europe des peu­ples et des valeurs », une Europe de « l’in­té­gra­tion et du métis­sage ». Tout un pro­gramme…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).