Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Antipresse Le Drone : Qui a inventé la lutte contre les « fake news » ?

27 janvier 2018

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | not_global | Antipresse Le Drone : Qui a inventé la lutte contre les « fake news » ?

Antipresse Le Drone : Qui a inventé la lutte contre les « fake news » ?

Le thème des fake news, fausses nouvelles ou (mieux traduit) nouvelles apprêtées ou encore nouvelles arrangées fait florès. Les services russes sont soupçonnés du pire, le président Macron désigne à la vindicte les médias russes comme RT ou Sputnik et annonce une loi sur le sujet. Et si derrière ces gesticulations se cachait une entreprise plus vaste et plus ancienne ? C’est à cette question que répond Fernand Le Pic, journaliste chez notre confrère suisse Antipresse Le Drone. Nous reproduisons sa dernière chronique avec l’aimable autorisation de l’éditeur.

Qui a inventé la lutte contre les « fake news »?

Comme un seul homme, les dirigeants des pays occi­den­taux tombent tous à bras rac­cour­cis sur les «fake news». Com­ment et pourquoi en est-on arrivé à une aus­si belle una­nim­ité? Et où se trou­ve le chef d’orchestre ?

On s’inquiète en France de l’annonce d’Emmanuel Macron rel­a­tive à son pro­jet de loi anti-fake news. Comme les Français n’ont jamais été très bons en anglais, ils ont ten­dance à traduire fake news par fauss­es nou­velles. Le mot « fake » ne con­note pour­tant pas la même notion que celle du faux (tromper, fail­lir). Son éty­molo­gie le relie plutôt au net­toy­age (cf. fegen en alle­mand), voire à l’embellissement par des moyens arti­fi­ciels comme le maquil­lage, le lus­trage, etc. On ne cherche pas à tromper sur la nature des choses mais à les ren­dre plus présenta­bles.

Qu’à cela ne tienne, les Français aiment dis­cuter, alors ils glosent juridique­ment, poli­tique­ment ou encore philosophique­ment sur le sujet. Curieuse­ment, ils n’abordent jamais le volet mil­i­taire. On sait pour­tant que l’arrangement de la réal­ité est con­sub­stantiel à l’art de la guerre.

Là se trou­ve pour­tant l’origine de cette dis­sémi­na­tion simul­tanée d’un voca­ble anglo­phone dans le dis­cours gou­verne­men­tal de presque tous les pays d’Europe, Suisse com­prise, et bien sûr des États-Unis.

Réatlantiser l’Europe…

En 2010, un rap­port du CEPA (Cen­ter for Euro­pean Pol­i­cy Analy­sis), un de ces énièmes lab­o­ra­toires d’influence basés à Wash­ing­ton, pond un rap­port inti­t­ulé « Keep­ing new allies ». Il s’alarme d’un risque de perte de con­trôle des anciens pays du pacte de Varso­vie, que l’arrivée d’Obama n’aurait fait qu’aggraver. Ce dernier avait en effet annon­cé sa volon­té de se rap­procher de la Russie sous prési­dence Medvedev et pour faire bonne fig­ure, il avait osé enter­rer le déploiement du très dis­pendieux boucli­er antimis­siles, décidé par le Deep state sous la prési­dence de Bush Jr.

Face au dés­in­térêt que sus­ci­tent les États-Unis dans ces pays, le CEPA recom­mande de procéder à une « opéra­tion de réas­sur­ance », qui, seule­ment qua­tre ans plus tard, devien­dra la « Euro­pean Reas­sur­ance Ini­tia­tive » que l’on sait. On s’en doute un peu, le CEPA est évidem­ment une cour­roie de trans­mis­sion du Deep state améri­cain. Il est offi­cielle­ment financé entre autres par la Nation­al Endow­ment for Democ­ra­cy, la Mis­sion US auprès de l’OTAN, la divi­sion Diplo­matie publique de l’OTAN, l’École navale des États-Unis, le Pen­tagone, le Départe­ment d’État améri­cain, les groupes habituels comme Raython, Lock­heed Mar­tin, Chevron, Bell Heli­copter, Tex­tron Sys­tems, etc. Et puis, tout de même, l’Agence de défense européenne.

Auri­ons-nous oublié Soros ? Ras­surez-vous, il n’est jamais bien loin. Ici, c’est dans le recrute­ment des cadres qu’on en trou­ve une ven­touse, avec notam­ment le Bul­gare Ivan Krastev, à la fois mem­bre du con­seil con­sul­tatif du CEPA et du Glob­al Advi­so­ry Board d’Open soci­ety, lequel Krastev est par ailleurs expert encar­té de la Nation­al Endow­ment for Democ­ra­cy.

Que dit fon­da­men­tale­ment ce rap­port du CEPA ? Eh bien, que la rela­tion avec la cein­ture ori­en­tale de l’Europe se relâche, se détéri­ore très vite même, et qu’il faut d’urgence repren­dre les choses en mains, car on dis­cerne déjà «des signes que la région devient plus européenne qu’atlantiste». Diantre! Que nous dites-vous là ?! Le remède pre­scrit ? La créa­tion de nou­velles struc­tures bilatérales et de think tanks atlantistes pour ranimer la flamme améri­caine, l’établissement de nou­veaux «Cen­tres d’excellence» de l’OTAN, sur le mod­èle du Cen­tre de cyberdéfense de Tallinn (Estonie), de belles vis­ites de haut rang plus fréquentes et en fan­fare, l’augmentation du nom­bre d’étudiants bour­siers dans les uni­ver­sités améri­caines, un investisse­ment mas­sif dans les médias, et des accords de livrai­son d’armes, notam­ment de mis­siles antibal­is­tiques SM‑3, pro­duits par Raytheon à 15 mil­lions de dol­lars pièce, c’est-à-dire le retour sine die au boucli­er antimis­sile, con­tre la volon­té du locataire de la Mai­son blanche. Sans oubli­er de bons vieux exer­ci­ces mil­i­taires de la Bal­tique à la Mer Noire, sur fond de scé­nar­ios d’attaques majeures immi­nentes. Oui mais venant de qui ?

…en recréant un ennemi

Tant pis pour le reset d’Obama avec Moscou, ce sera un remake de la guerre froide avec la Russie, que l’on accusera de « révi­sion­nisme ». Un terme pour­tant plus naturel au lex­ique sovié­tique qu’américain. Mais après tout, pourquoi chercher plus loin ? Alors on ira provo­quer la Russie. Un peu de temps pour pré­par­er l’opération et réu­nir les fonds néces­saires et ce sera le coup d’État de Maï­dan, avec la per­spec­tive assurée de voir l’armée améri­caine s’installer bien­tôt à demeure en Ukraine et plus par­ti­c­ulière­ment en Crimée. On con­naît la suite.

Le Krem­lin n’a pas le choix, ce sera le retour du dra­peau russe sur l’intégralité de la pénin­sule et de ses infra­struc­tures mil­i­taires : bases stratégiques pour l’accès de la Russie aux mers chaudes. Tout cela, comme on s’en sou­vient, sans un seul coup de feu tiré. Un vent de panique souf­fle tout de même dans les États-majors occi­den­taux, qui résumeront l’opération en deux mots : guerre hybride.

Le con­cept était encore flou. Il sig­nalait entre autres l’association de ressources civiles et mil­i­taires, de forces con­ven­tion­nelles et spé­ciales, d’expositions médi­a­tiques brutes et d’opérations d’influence secrètes, avec en par­ti­c­uli­er un usage très maîtrisé des réseaux soci­aux.

Le Deep state améri­cain a eu ce qu’il voulait : un beau dis­cours de peur sur « l’invasion » russe de l’Ukraine, « l’annexion illé­gale » de la Crimée, ou encore l’hégémonie renais­sante de la Russie qu’il faut con­tenir mil­i­taire­ment. On va pou­voir exiger des européens qu’ils passent à la caisse de con­tri­bu­tions et aug­mentent de quelques pour­cents leurs bud­gets mil­i­taires au béné­fice des équipements « interopérables », com­prenons améri­cains. Et puis on va enfin pou­voir détru­ire défini­tive­ment toute vel­léités de la Mai­son blanche de per­sévér­er dans son reset pro-russe.

Ce sera la carte de la pro­pa­gande inter­net et des manip­u­la­tions de l’information par les Russ­es, sous l’appellation de mar­que de «fake news». L’équation est on ne peut plus sim­ple: « c’est russe, donc c’est fake». Sauf que les Améri­cains, via l’OTAN, exi­gent de l’Europe qu’elle crim­i­nalise l’information d’origine russe.

Quand les barbouzes jouent au théâtre d’ombres

Offi­cielle­ment, c’est depuis 2015 que les Européens ont reçu leur som­ma­tion mil­i­taire. Le général Philip Breedlove, à l’époque com­man­dant suprême de l’OTAN, déclarait le 22 mars 2015, que l’Occident devait s’engager dans une guerre de l’information avec la Russie afin de con­tre­car­rer ses « faux réc­its », notam­ment sur les réseaux soci­aux. Curieuse­ment, on avait déjà créé le Cen­tre d’excellence de com­mu­ni­ca­tion stratégique de l’OTAN (Strat­Com COE) à Riga, dès 2013. Peut-être voulait-on en faire un usage offen­sif, cam­ou­flé aujourd’hui en « réponse » à l’hégémonie russe?

Juste­ment, dès 2010, le général Petraeus, qui con­nut tout de même la case menottes aux poignets, avait passé com­mandé de logi­ciels per­me­t­tant de créer des faux pro­fils mul­ti­ples à usage d’internet, avec une panoplie de fauss­es infor­ma­tions à la clé (faux CV crédi­bles, etc.) don­nant l’illusion de la réal­ité à ces per­son­nages virtuels (des _sock pup­pets dans le jar­gon). Autrement dit, le Pen­tagone utilise exacte­ment ce qu’il reproche à la Russie d’employer! Nom de code:Oper­a­tion Earnest Voice (OEV). C’est la société Ntre­pid, pro­prié­taire d’Anonymizer, qui a dévelop­pé cette solu­tion. Au pas­sage, on appren­dra que cette société a été fondée par Richard « Hol­lis » Helms, un ancien offici­er de la CIA. Égale­ment fon­da­teur d’Abraxas. On sait que Hol­lis n’y a embauché que des anciens de la CIA, à 100% des effec­tifs. Un spin off en quelque sorte.

Le déploiement simultané de la censure

L’Union Européenne aus­si, en tant que telle, a créé une ressource sim­i­laire avec East Strat­Com, qui tra­vaille à con­tr­er la cam­pagne d’information russe. Un acronyme qui sonne décidé­ment proche de US Strat­com, l’unité améri­caine regroupant la com­pé­tence notam­ment pour traiter une guerre nucléaire et les opéra­tions psy­chologiques.

En plus des sanc­tions économiques con­tre la Russie, on s’apprête donc à met­tre en place des sanc­tions infor­ma­tion­nelles. Lim­itées au tem­po des élec­tions, nous dit-on. A voir! Dans le temps, on appelait cela de la cen­sure. Aus­si l’on ne peut que sourire lorsque M. Macron déclare qu’il veut, de sa pro­pre ini­tia­tive, cen­sur­er les médias russ­es! En l’occurrence, Macron ne fait qu’appliquer les ordres mil­i­taires de l’Etat major améri­cain et du deep state, via l’OTAN. Idem pour Angela Merkel qui a déjà fait pass­er une loi, en douce, entre Noël et le nou­v­el an, oblig­eant les GAFA à cen­sur­er toute pen­sée déviante sous peine de lour­des amendes. Idem aus­si pour le Roy­aume Uni, qui a car­ré­ment créé une brigade mil­i­taire dédiée de près de 1500 hommes (et femmes), la 70ème brigade, afin de men­er cette guerre con­tre la Russie.

Le général Mar­shall Webb (ça ne s’invente pas), con­fir­mait quant à lui ce recours à des scé­nar­ios hybrides par ses troupes, lorsqu’il était encore patron des forces spé­ciales de l’OTAN. C’est ce même général qu’on voit sur la célèbre et curieuse pho­to de l’état-major suiv­ant en direct la mise à mort de Ben Laden dans la salle de crise de la Mai­son blanche.

Et notre chère Suisse n’est pas à l’abri. Lors de sa pre­mière vis­ite offi­cielle à l’étranger, en Autriche, notre nou­veau prési­dent de la Con­fédéra­tion Alain Berset a fait un petit cro­chet pour embrass­er Harlem Désir, para­chuté «représen­tant pour la lib­erté des médias» au sein de l’OSCE. Et de quoi ont-ils par­lé? De la manière de juguler les fake news! Il n’y a décidé­ment plus de sujet plus pres­sant!

Mais c’est le Viet­nam qui devrait nous intéress­er le plus. Ce pays a voulu faire comme les Européens. Il vient de créer son unité mil­i­taire de con­trôle de l’orthodoxie médi­a­tique : la Force 47. Com­posée de pas moins de 10.000 hommes, son rôle est de tout sur­veiller sur le Net et de sup­primer tout con­tenu jugé déviant et offen­sant par le pou­voir en place. Certes, les Viet­namiens vivent tou­jours sous un régime com­mu­niste avec par­ti unique. Ce qui est très dif­férent de chez nous.

Source : Arti­cle de Fer­nand Le Pic paru dans la rubrique «Angle mort» de l’Antipresse n° 112 du 21/01/2018.
Pour s’abonner au Drone : antipresse.net/drone/abonnement/

Crédit pho­to : Duff­man via Wiki­me­dia (cc)

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision