Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Ubu chez les pure players

9 novembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Ubu chez les pure players

Ubu chez les pure players

Le site d’Edwy Plenel, mais aussi Arrêt sur images, viennent d’être épinglés par le fisc pour non-paiement de la TVA “classique”. Une affaire qui pourrait leur coûter très cher mais qui illustre les règles ubuesques de Bercy.

L’ad­min­is­tra­tion fis­cale n’a man­i­feste­ment pas l’in­ten­tion de pass­er l’éponge. Non seule­ment, elle a noti­fié le 6 novem­bre un redresse­ment fis­cal aux pure play­ers d’in­for­ma­tions Medi­a­part et Arrêt sur images, et à Indi­go Pub­li­ca­tions (La Let­tre A, etc), mais encore, elle entend bien le recou­vr­er dans les plus bref délais. L’en­jeu financier est de taille. Arrêt sur images, qui réalise env­i­ron un mil­lion d’eu­ros de chiffre d’af­faires par an, est redev­able de 540 000 euros. La somme grimpe à plus de 4 mil­lions d’eu­ros dans le cas de Medi­a­part. Du coup, les deux sites ont lancé un appel à leurs lecteurs qui aurait rap­porté près de 300 000 euros en trois jours à Medi­a­part. Le site a de sur­croît une tré­sorerie solide (près de 5 mil­lions d’eu­ros) qui lui per­me­t­tra d’éponger la “dette” vis-à-vis du fisc. Ce n’est pas le cas d’Ar­rêt sur images.

L’ap­pli­ca­tion aux sites d’in­for­ma­tions de la TVA préféren­tielle à 2,10% (au lieu de 19,6 puis 20%), réservée jusqu’en 2014, à la presse écrite est en cause. Affir­mant se baser sur des textes recon­nais­sant la neu­tral­ité des sup­ports (print et web), les trois sociétés se sont auto-appliqué ce taux très avan­tageux. Con­cer­nant Medi­a­part, cette sit­u­a­tion de fait existe même depuis sa créa­tion en 2008. D’où le mon­tant de la fac­ture ! Ironie de l’his­toire, le Par­lement s’est finale­ment rangé à leurs argu­ments, défendus par le Syn­di­cat de la presse indépen­dante d’in­for­ma­tion en ligne (SPIIL). Députés et séna­teurs ont eux-mêmes voté en 2014 une loi appuyant leur démarche. Cette dernière prévoit claire­ment que tous les sup­ports recon­nus de presse d’in­for­ma­tion poli­tique et générale (IPG) ‑peu importe leur forme- béné­ficieront à l’avenir de la TVA dis­count. Mieux, la Com­mis­sion européenne, qui refu­sait de recon­naître le car­ac­tère IPG aux sites d’in­for­ma­tion (et ser­vait de pré­texte à la France pour main­tenir sa posi­tion sur la TVA), devrait l’ac­cepter en 2016.

La con­comi­tance des pre­miers con­trôles fis­caux, fin 2013, et de la sor­tie de l’af­faire Jérôme Cahuzac par Medi­a­part, est de nature à laiss­er plan­er le doute sur les raisons exacte du redresse­ment. Pour le “pro­cureur” Edwy Plenel, cela ne fait pas de doute : Bercy se venge et tente de faire taire Medi­a­part. Ce ne serait pas la pre­mière fois qu’un gou­verne­ment s’en prendrait aux titres poli­tique­ment incor­rects. A l’autre bout de l’échiquier, la Min­istre de la cul­ture, Fleur Pel­lerin a annon­cé début novem­bre que les aides pour les jour­naux à faibles ressources pub­lic­i­taires seraient sus­pendues pour ceux con­damnés pour dis­crim­i­na­tion raciale. Minute devrait ain­si être privé de plusieurs dizaines de mil­liers d’eu­ros par an. Le quo­ti­di­en com­mu­niste L’Hu­man­ité, dont on con­naît l’en­goue­ment à défendre les pires dic­tatures au fil de l’his­toire, con­tin­uera lui à percevoir plus de trois mil­lions d’eu­ros annuelle­ment, payés par le con­tribuable.

Crédit pho­to : mar­que­ton via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision