Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pourquoi Ouest-France bétonne
Publié le 

31 janvier 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Pourquoi Ouest-France bétonne

Pourquoi Ouest-France bétonne

Le groupe breton va construire de nouveaux bâtiments à son siège dans la banlieue de Rennes. Il y rapatriera ses commerciaux en 2018.

D’i­ci 12 à 18 mois, les marteaux piqueurs et autres grues devraient faire une entrée en force dans l’en­ceinte de Chantepie où est basé Ouest-France. S’y installera un demi-mil­li­er de salariés issus de la régie pub­lic­i­taire Pre­com et de la web agency du groupe. Ces derniers sont actuelle­ment éparpil­lés sur trois sites dif­férents au cen­tre de la cap­i­tale bre­tonne.

Après la fusion en jan­vi­er au plan juridique de ces deux entités com­mer­ciales sous la ban­nière Addi­ty, leur démé­nage­ment en un même lieu, au cœur du réac­teur nucléaire d’Ouest-France, est cen­sé leur assur­er une meilleure effi­cac­ité et une cohérence accrue. Matthieu Fuchs, le gen­dre du PDG de Sipa Ouest-France, François-Régis Hutin, pilote désor­mais la nou­velle grande régie. La volon­té de faire des économies est aus­si à pren­dre en compte dans ces grandes manœu­vres. Ouest-France, tout en cap­i­tal­isant, évit­era d’i­ci deux ans de pay­er des loy­ers onéreux dans le cen­tre-ville ren­nais.

Le géant regroupe ses troupes dans une con­jonc­ture économique con­trastée. Les recettes numérique, encore mar­ginales, peinent à se sub­stituer à la baisse de la dif­fu­sion du quo­ti­di­en (-3,1% en 2015). À plus de 700 000 exem­plaires par jour, cette dernière reste toute­fois colos­sale, et de loin la plus impor­tante de l’ensem­ble des quo­ti­di­ens hexag­o­naux. Idem au plan pub­lic­i­taire, égale­ment en recul. Du coup, le chiffre d’af­faires total, env­i­ron 300 mil­lions d’eu­ros en 2015, s’ef­frite chaque année. Un plan de départ volon­taire de 70 per­son­nes a été déclenché en 2014, per­me­t­tant à Ouest-France d’être béné­fi­ci­aire sur trois ans.

La sit­u­a­tion risque en revanche de se détéri­or­er à nou­veau à par­tir de 2017–2018. Elle pour­rait se traduire par de nou­veaux départs au sein du jour­nal qui emploie 1000 salariés, pronos­tique un haut cadre en interne. Cette fragilité à brève échéance est encore plus prég­nante du fait des incer­ti­tudes qui pèsent au plan de la gou­ver­nance. À bien­tôt 87 ans, Hutin n’a tou­jours pas désigné offi­cielle­ment son suc­cesseur.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision