Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pourquoi Ouest-France bétonne

31 janvier 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Pourquoi Ouest-France bétonne

Pourquoi Ouest-France bétonne

Le groupe breton va construire de nouveaux bâtiments à son siège dans la banlieue de Rennes. Il y rapatriera ses commerciaux en 2018.

D’i­ci 12 à 18 mois, les marteaux piqueurs et autres grues devraient faire une entrée en force dans l’en­ceinte de Chantepie où est basé Ouest-France. S’y installera un demi-mil­li­er de salariés issus de la régie pub­lic­i­taire Pre­com et de la web agency du groupe. Ces derniers sont actuelle­ment éparpil­lés sur trois sites dif­férents au cen­tre de la cap­i­tale bre­tonne.

Après la fusion en jan­vi­er au plan juridique de ces deux entités com­mer­ciales sous la ban­nière Addi­ty, leur démé­nage­ment en un même lieu, au cœur du réac­teur nucléaire d’Ouest-France, est cen­sé leur assur­er une meilleure effi­cac­ité et une cohérence accrue. Matthieu Fuchs, le gen­dre du PDG de Sipa Ouest-France, François-Régis Hutin, pilote désor­mais la nou­velle grande régie. La volon­té de faire des économies est aus­si à pren­dre en compte dans ces grandes manœu­vres. Ouest-France, tout en cap­i­tal­isant, évit­era d’i­ci deux ans de pay­er des loy­ers onéreux dans le cen­tre-ville ren­nais.

Le géant regroupe ses troupes dans une con­jonc­ture économique con­trastée. Les recettes numérique, encore mar­ginales, peinent à se sub­stituer à la baisse de la dif­fu­sion du quo­ti­di­en (-3,1% en 2015). À plus de 700 000 exem­plaires par jour, cette dernière reste toute­fois colos­sale, et de loin la plus impor­tante de l’ensem­ble des quo­ti­di­ens hexag­o­naux. Idem au plan pub­lic­i­taire, égale­ment en recul. Du coup, le chiffre d’af­faires total, env­i­ron 300 mil­lions d’eu­ros en 2015, s’ef­frite chaque année. Un plan de départ volon­taire de 70 per­son­nes a été déclenché en 2014, per­me­t­tant à Ouest-France d’être béné­fi­ci­aire sur trois ans.

La sit­u­a­tion risque en revanche de se détéri­or­er à nou­veau à par­tir de 2017–2018. Elle pour­rait se traduire par de nou­veaux départs au sein du jour­nal qui emploie 1000 salariés, pronos­tique un haut cadre en interne. Cette fragilité à brève échéance est encore plus prég­nante du fait des incer­ti­tudes qui pèsent au plan de la gou­ver­nance. À bien­tôt 87 ans, Hutin n’a tou­jours pas désigné offi­cielle­ment son suc­cesseur.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).