Accueil | Actualités | Médias | Ouest-France en flagrant délit de complaisance ?
Pub­lié le 26 juin 2015 | Éti­quettes :

Ouest-France en flagrant délit de complaisance ?

Les journalistes le nient, mais les commerciaux des régies publicitaires en font un discret argument de vente : l’achat d’encarts publicitaires entraine souvent un « rédactionnel » positif. En clair, si une entreprise ou une collectivité locale veut de bons articles dans la presse locale, il est préférable qu’elle sorte son carnet de chèques et achète de la publicité. Habituellement, l’opération se fait discrètement, de manière à ce que les lecteurs ne se rendent pas compte du marché. Mais il y a parfois des ratés…

C’est exactement ce que chacun a pu constater le 23 juin 2015, dans les éditions Pays de la Loire d’Ouest France. Un grand article y est en effet consacré au parc angevin « Terra Botanica ». Un parc contesté et régulièrement renfloué par de l’argent public. Bref, un parc qui est loin de faire l’unanimité et qu’Ouest-France n’a d’ailleurs pas toujours ménagé. Pourtant, cette fois-ci, l’article est élogieux et la nouveauté du parc y est présentée sous son meilleur jour… Or, que trouve-t-on immédiatement sous cet article très favorable à Terra Botanica ? Un encart publicitaire de… Terra Botanica !

Une maladresse de mise en page qui illustre, encore une fois, le poids de la publicité sur les finances d’un journal et sur les rédactions. Comme le dit le proverbe : qui paye, commande !

Source : Ouest-France

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This