Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Médias : Le détecteur de mensonge du Washington Post

21 février 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Médias : Le détecteur de mensonge du Washington Post

Médias : Le détecteur de mensonge du Washington Post

21 février 2013

Temps de lecture : 2 minutes

Ce contenu est gratuit. L’Ojim vous informe sur ceux qui vous informent. Son indépendance repose sur les dons de ses lecteurs. Nous avons besoin de 10.000 € pour boucler la fin de l’année. Après déduction fiscale, un don de 50 € revient à 17 €.

Le Washington Post est en train de mettre au point un logiciel innovant qui permettra de confronter la parole des hommes politiques aux faits réels.

Ce « détecteur de men­songe » en direct n’est pas encore opéra­tionnel mais devrait l’être, espère-t-on dans l’équipe por­tant ce pro­jet, pour les prési­den­tielles en 2016. Inter­rogée par Libéra­tion, Cory Haik, la respon­s­able du pro­jet, con­sid­ère que cet out­il doit devenir un plus essen­tiel à la profession.

Pour l’instant, le pro­to­type est loin d’être au point. Trans­for­mant les paroles en texte, il com­met encore beau­coup d’erreurs, comme lorsqu’il trans­forme « drag on » en « drag­on ». Mais Cory Haik reste opti­miste. Aus­si, autre tra­vail d’envergure, l’alimentation d’une énorme base de don­nées : « Un autre grand défi pour nous est de con­stru­ire à par­tir des cen­taines d’articles ou de notes de blogs que nous pro­duisons tous les jours une base de don­nées de faits étab­lis » qui per­me­t­tront au logi­ciel de les con­fron­ter aux dires des politiciens.

Une tâche dif­fi­cile et plus com­plexe qu’il n’y parait. « Nous ne pré­ten­dons pas apporter une réponse unique et glob­ale à tous les débats, mais plutôt pro­pos­er un out­il sup­plé­men­taire pour aider les gens à com­pren­dre plus vite si quelqu’un ment ou pas », a‑t-elle ajouté. Il est vrai que cer­taines ques­tions sont beau­coup trop larges pour être estampil­lées « vraies » ou « fauss­es », c’est pourquoi la pre­mière mis­sion de cet out­il sera axée autour de la réforme fis­cale, plus facile à traiter de la sorte.

Si le Wash­ing­ton Post a pu dévelop­per ce pro­jet, c’est grâce à un finance­ment de 50 000 $ en prove­nance de la Knight Foun­da­tion, qui finance des pro­jets jour­nal­is­tiques inno­vants. Pour que celui-ci soit vrai­ment apte à traiter n’importe quel sujet et en direct, le coût devrait être mul­ti­plié par 10 au minimum.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran site www.knightfoundation.org

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés