Accueil | Actualités | Médias | Médias : Le détecteur de mensonge du Washington Post
Pub­lié le 21 février 2013 | Éti­quettes : ,

Médias : Le détecteur de mensonge du Washington Post

Le Washington Post est en train de mettre au point un logiciel innovant qui permettra de confronter la parole des hommes politiques aux faits réels.

Ce « détecteur de mensonge » en direct n’est pas encore opérationnel mais devrait l’être, espère-t-on dans l’équipe portant ce projet, pour les présidentielles en 2016. Interrogée par Libération, Cory Haik, la responsable du projet, considère que cet outil doit devenir un plus essentiel à la profession.

Pour l’instant, le prototype est loin d’être au point. Transformant les paroles en texte, il commet encore beaucoup d’erreurs, comme lorsqu’il transforme « drag on » en « dragon ». Mais Cory Haik reste optimiste. Aussi, autre travail d’envergure, l’alimentation d’une énorme base de données : « Un autre grand défi pour nous est de construire à partir des centaines d’articles ou de notes de blogs que nous produisons tous les jours une base de données de faits établis » qui permettront au logiciel de les confronter aux dires des politiciens.

Une tâche difficile et plus complexe qu’il n’y parait. « Nous ne prétendons pas apporter une réponse unique et globale à tous les débats, mais plutôt proposer un outil supplémentaire pour aider les gens à comprendre plus vite si quelqu’un ment ou pas », a-t-elle ajouté. Il est vrai que certaines questions sont beaucoup trop larges pour être estampillées « vraies » ou « fausses », c’est pourquoi la première mission de cet outil sera axée autour de la réforme fiscale, plus facile à traiter de la sorte.

Si le Washington Post a pu développer ce projet, c’est grâce à un financement de 50 000 $ en provenance de la Knight Foundation, qui finance des projets journalistiques innovants. Pour que celui-ci soit vraiment apte à traiter n’importe quel sujet et en direct, le coût devrait être multiplié par 10 au minimum.

Crédit photo : capture d'écran site www.knightfoundation.org

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This