Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le monsieur djihadisme de BFMTV est un islamiste repenti fiché S

7 mai 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le monsieur djihadisme de BFMTV est un islamiste repenti fiché S

Le monsieur djihadisme de BFMTV est un islamiste repenti fiché S

Comme le révèle TéléObs, Romain Caillet, le « Monsieur djihadisme » de BFMTV sait de quoi il parle en matière de terrorisme. Et pour cause : il est lui-même fiché “S” depuis plusieurs années par les services antiterroristes !

L’heb­do­madaire, qui pub­lie son dossier, fait état d’une enfance agitée et d’une con­ver­sion à l’is­lam dès 1997. À par­tir de 2005, il se lance dans l’é­tude du dji­hadisme. Pour ce faire, il part vivre en Égypte, en Jor­danie, puis au Liban, d’où il est expul­sé en mars 2015 pour « d’ob­scures raisons ».

Si sa con­nais­sance de l’his­toire du dji­hadisme inter­na­tion­al est recon­nue, ce qui explique son rôle de con­sul­tant pour BFMTV, son passé le rend beau­coup moins recom­mand­able. D’après L’Obs, Romain Cail­let inter­ve­nait, vers le milieu des années 2000, sur les forums islamistes sous le pseu­do­nyme de « Colonel Salafi », et ne cachait pas ses posi­tions rad­i­cales. Il vivait alors en Égypte et suiv­ait les cours de l’in­sti­tut Qor­to­ba, fer­mé en 2005 car con­sid­éré comme une officine de recrute­ment dji­hadiste…

Dans cet insti­tut, ce dernier fréquen­tait les frères Clain, dont l’aîné, Fabi­en, est aujour­d’hui un cadre de Daech et a revendiqué les atten­tats du 13 novem­bre pour le compte de l’or­gan­i­sa­tion ter­ror­iste. En jan­vi­er 2008, Romain Cail­let est inter­rogé, au cours d’une garde à vue, par la Sous Direc­tion anti-ter­ror­iste. Au cours de cette entre­vue, il déclare ne plus être d’ac­cord avec les Clain car « depuis mars 2007, je ne suis plus pour le dji­had parce que je m’op­pose au fait d’en­traîn­er des jeunes pour se sac­ri­fi­er à mourir sans avoir acquis au préal­able les bases de l’is­lam ».

Et celui-ci de con­sid­ér­er que « les dirigeants d’Al-Qai­da sont des igno­rants ». Tou­jours dans les locaux de la SDAT, il fait part de ses regrets d’avoir par­ticipé à la pro­pa­gande dji­hadiste : « J’e­spère ne pas avoir été la cause d’en­rôle­ment de jeunes au dji­had. J’ai essayé de répar­er mes erreurs en postant [sur inter­net, NDLR] des repen­tirs publics. » Aus­si, il con­fesse : « Quand j’é­tais dji­hadiste, je dor­mais mal la nuit en pen­sant aux atten­tats. » Par la suite, il chang­era de pseu­do­nyme sur les forums islamistes et évo­quera publique­ment son change­ment d’at­ti­tude. Finale­ment, la jus­tice ne retien­dra aucune charge con­tre lui, mais classera néan­moins sa fiche dans la caté­gorie “S” ; une fiche tou­jours active aujour­d’hui.

Récem­ment, lors de l’en­quête sur l’af­faire Sid Ahmed Ghlam, qui avait ten­té de com­met­tre un atten­tat con­tre une église de Ville­juif et avait assas­s­iné une jeune fille, Romain Cail­let a de nou­veau attiré l’at­ten­tion pour avoir été en con­tact, dans son passé, avec un Égyp­tien en rela­tion avec le réseau ter­ror­iste. Dans cette affaire, il ne sera pas inquiété par la jus­tice.

Inter­rogé par TéléObs, ce dernier explique qu’il ne « désire pas évo­quer (sa) vie privée ». Celle-ci ne l’a néan­moins pas empêché de devenir le « Mon­sieur dji­hadisme » de la pre­mière chaîne d’in­for­ma­tion de France… Mal­gré tout, dans ses analy­ses, estime L’Obs, il mon­tre tou­jours « une ten­dance à élud­er la con­nais­sance per­son­nelle qu’il a de cer­tains dji­hadistes com­bat­tant aujour­d’hui dans les rangs de Daech, “pour des raisons évi­dentes de sécu­rité et pour ne pas inter­fér­er avec leurs éventuels prob­lèmes avec la jus­tice, s’ils revi­en­nent”, explique-t-il ».

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.