Accueil | Actualités | Médias | Le Monde localise ses impressions
Pub­lié le 9 novembre 2012 | Éti­quettes : , , ,

Le Monde localise ses impressions

Afin d'améliorer sa distribution en desservant tous les marchands de journaux de province dans l'après-midi et non le lendemain de sa parution mais aussi pour diminuer les coûts de son imprimerie francilienne (un million d'euros de pertes en 2011), Le Monde a décidé de poursuivre la localisation d'une partie de l'impression de ses exemplaires. Déjà, depuis le 24 octobre dernier, 37 000 exemplaires sont imprimés chaque jour par L'Occitane d'imprimerie (La Dépêche du Midi). L'Imprimerie du midi (Midi Libre), Nancy Print (Riccobono) et le Centre d'impression en Loire Atlantique (idem) doivent bientôt commencer à imprimer Le Monde pour, respectivement, le Sud-Est (55 000 exemplaires), l'Est et l'Ouest. Au total, c'est un tiers de l'impression du quotidien du soir (317 742 ex. en 2011-2012 d'après l'OJD, soit -0,3%) qui sera bientôt effectuée en province. Sur 210 salariés avant l'été, 75 ont été gardés par Le Monde à son imprimerie d'Evry tandis que 8 autres étaient envoyés en province. C'est un succès pour Louis Dreyfus, le patron du Groupe Le Monde, qui intervient après 18 mois de négociations avec le Syndicat des imprimeries parisiennes (Filpac CGT), les éditeurs de presse quotidienne régionale et les imprimeurs. Il doit maintenant s'atteler au non moins gros problème de la forte baisse des ventes du Monde - que rencontre aussi Libération - depuis septembre 2012...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This