Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les gauches européennes lancent leurs médias

31 janvier 2018

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Pascal Houzelot | Les gauches européennes lancent leurs médias

Les gauches européennes lancent leurs médias

Alors que l’extrême-gauche ne les a pas attendus (la Rotative, Paris-Luttes Info, Indymedia, Rebellyon, IAATA, Expansive) et que la droite hors les murs se structure enfin (Recomposition, L’Incorrect), la France Insoumise a lancé au début de 2018 son Media. Mais cette initiative n’est pas la seule en Europe occidentale : dans d’autres pays, des médias de gauche radicale émergent, avec plus ou moins de succès, notamment en Grande-Bretagne et en Espagne.

Des indépendants qui ne percent pas auprès du grand public

En Grande-Bre­tagne, le jour­nal­iste ira­no-bri­tan­nique Aaron Bas­tani a lancé Novara Media en 2013, pour dénon­cer la crise du cap­i­tal­isme. A l’au­tomne 2015, dans la foulée de la vic­toire de Jere­my Cor­byn à la tête du Par­ti Tra­vail­liste – il se retrou­ve ensuite à fer­railler con­tre son estab­lish­ment net­te­ment plus en phase avec le cap­i­tal­isme – le site lance une lev­ée de fonds pour rémunér­er ses col­lab­o­ra­teurs. Aaron Bas­tani se dit favor­able au finance­ment de médias alter­nat­ifs par le Par­ti Tra­vail­liste et fait des appels du pied pour puis­er dans les caiss­es pleines des syn­di­cats anglais (6,5 mil­lions de mem­bres).

Rien de tout cela n’aboutit, et selon Medi­a­part (28.01) Novara Media risque la dis­so­lu­tion d’i­ci début mars, faute d’avoir com­mu­niqué son rap­port annuel comme la loi l’ex­ige. Quant aux syn­di­cats anglais, ils ne sont tou­jours pas devenus 2.0 bien qu’ils en aient les moyens. En décem­bre 2017, une ving­taine d’indépen­dants – dont Novara Media – se sont regroupés au sein d’une coopéra­tive, The Media Fund. Celle-ci veut boule­vers­er le finance­ment du jour­nal­isme dans un pays où cinq mil­liar­daires déti­en­nent 80% des médias privés, et le reste est pris par le géant gou­verne­men­tal BBC (con­fron­té depuis quelques années à la con­cur­rence du russe RT).

La Tuerka plombé par la crise de Podemos et de la Catalogne

La doyenne des médias de la gauche « dure » en Europe, c’est l’émis­sion la Tuer­ka (l’écrou), lancée en 2010 par des uni­ver­si­taires madrilènes de la fac­ulté de Sci­ences Poli­tiques et de Soci­olo­gie, ain­si qu’un groupe d’é­tu­di­ants, Con­trapoder. Elle a accom­pa­g­né le mou­ve­ment des Indignés en 2011, puis le lance­ment de Podemos en 2014. Accusée par des médias proches du gou­verne­ment d’être financée par l’I­ran et le Venezuela, à hau­teur de plusieurs mil­lions d’eu­ros, ce qui a rejail­li sur Podemos aux lég­isla­tives de 2015, elle était dif­fusée sur le site Pub­li­co, sur inter­net. Offi­cielle­ment, l’émis­sion est financée par la société lim­itée uniper­son­nelle de Juan Car­los Mon­ed­era – un des cofon­da­teurs de Podemos –, Caja de Resisten­cia Moti­va 2 Pro­duc­ciones S. L.

Fondé en 2007 comme quo­ti­di­en papi­er classé à gauche, Pub­li­co passe unique­ment sur le web en 2012 faute de ren­trées d’ar­gent suff­isantes. Pub­li­co dif­fuse aus­si un jour­nal alter­natif qui fait la pro­mo de Pablo Igle­sias et de son par­ti, ain­si que l’émis­sion de débat, Fort Apache, qu’anime le secré­taire général de Podemos. Cepen­dant, la Tuer­ka a aus­si souf­fert de plein fou­et de la crise de Podemos, elle-même liée à la crise cata­lane : le par­ti est coupé en deux, les sec­tions espag­noles ne com­prenant pas le choix des sec­tions cata­lanes, tan­dis que la presse main­stream se déchaîne con­tre les pris­es de posi­tion pro-cata­lanes de Podemos.

Cepen­dant, d’autres ini­tia­tives font vivre la presse de gauche rad­i­cale en Espagne, notam­ment El Diario ou encore Infoli­breparte­naire de Medi­a­part en Espagne. Ces nou­veaux médias dénon­cent la cor­rup­tion générale de la classe poli­tique, prof­i­tant du fait que la presse main­stream est beau­coup plus sage – bien plus qu’en France, et il n’y existe pas de Canard Enchaîné – et se lim­ite aux infor­ma­tions générales ain­si qu’aux débats d’idées.

Battage médiatique autour du Media

Avant même d’avoir dif­fusé le moin­dre pro­gramme, Le Media était déjà célèbre grâce au battage médi­a­tique autour de la « TV de Mélen­chon ». Après tout, le Cher Leader de la France Insoumise n’a rien inven­té – cela s’ap­pelait la Prav­da (et ça existe tou­jours). Lancée autour d’un mod­èle par­tic­i­patif… pas si par­tic­i­patif par deux très proches de Mélen­chon, Sophia Chikirou, sa con­seil­lère en com’, et Gérard Miller, psy­ch­an­a­lyste cathodique.

D’autres mem­bres de l’équipe sont très proches de Mélen­chon, détaille Médi­a­part (28.1) : « Manon Mon­mirel, sup­pléante du député insoumis de Seine-Saint-Denis, Éric Coquer­el ; Math­ias Enthoven, ancien core­spon­s­able de la cam­pagne numérique du can­di­dat Mélen­chon ; Maxime Viancin, graphiste qui a tra­vail­lé avec la FI ; Michel Mongkhoy, notam­ment core­spon­s­able d’un groupe d’action de la FI à Paris ; Julie Mau­ry et et Romain Spy­cha­la, ani­ma­teurs sur la web-radio Les jours heureux de la FI ».

Autres orig­i­nal­ités : le traite­ment de l’in­for­ma­tion – moins de fait-divers et un par­ti-pris à con­tre-courant des cinq ou six infor­ma­tions qui font le gros de l’ac­tu­al­ité médi­a­tique chaque jour en France. Medi­a­part résume : « ce qui car­ac­térise pro­fondé­ment l’approche du Média, au-delà d’un manque fla­grant de moyens pour faire aujourd’hui une “vraie” télévi­sion, c’est une approche très sociale et écol­o­giste dans le traite­ment des événe­ments ». A l’avenir Le Media veut faire des émis­sions d’é­d­u­ca­tion pop­u­laire et des doc­u­men­taires. Objec­tif : attir­er la pub et être d’i­ci deux à trois ans sur la TNT.

Un réseau de sites locaux…

A l’autre bout du spec­tre, loin de la TNT, l’ul­tra­gauche a con­sti­tué un réseau de sites locaux, sou­vent ani­més par des mil­i­tants locaux anar­chistes et lib­er­taires, qui ne traite guère que leur actu­al­ité et appuie leurs mou­ve­ments. Par­fois cepen­dant elle devient nationale, notam­ment pour cer­taines luttes envi­ron­nemen­tales (Notre-Dame des Lan­des, TGV d’Aoste ou Bure actuelle­ment, Décines ou Sivens par le passé), la ques­tion des migrants (« mon­tag­nards » dans les Alpes-Mar­itimes, No Bor­ders à Calais, squats de migrants un peu partout) ou cer­taines luttes sociales (Loi Tra­vail).

Il existe deux réseaux prin­ci­paux, l’in­ter­na­tion­al Indy­media, présent à Nantes – le site nan­tais cou­vre d’ailleurs des actu­al­ités bien au-delà de la seule Loire-Atlan­tique – et Greno­ble – sur celui-ci on peut générale­ment com­menter les arti­cles, même si les points de vue opposés à l’ul­tra­gauche sont « cachés » (cen­surés) au motif que les opin­ions dif­férentes peu­vent s’ex­primer ailleurs.

Ain­si que la Mutu dont font par­tie Rebel­ly­on (Lyon), IAATA (Toulouse), Paris-Luttes info, Reims Medias Libres, Expan­sive à Rennes (qui sup­plée à Rennes-info, moins act­if), Mar­seille Infos Autonomes, Le Pres­soir (Mont­pel­li­er), Numéro Zéro (Saint-Eti­enne), Manif-Est (Lor­raine), A l’ouest (Rouen), Cric (Greno­ble)… Au-delà de ces réseaux on trou­ve aus­si Tara­nis News qui suc­cède à Rennes TV, Brest Media Libres, Jura lib­er­taire (en perte de vitesse), Zad.nadir (Notre-Dame des Lan­des) ou encore cer­taines radios pirates (Radio Klax­on à Notre-Dame des Lan­des et Nantes, Radio Cro­co à Rennes…). Sur ces sites là, sauf excep­tions, on ne peut pas com­menter et ils ser­vent plus de pan­neau d’af­fichage des luttes que de véri­ta­bles médias.

…pour des mouvements militants solidement ancrés

Cepen­dant ils prospèrent pour deux raisons. La pre­mière, c’est que la presse française d’opin­ion est cen­trée sur Paris – excep­tion faite de l’E­cho du Cen­tre (Limo­ges) et La Mar­seil­laise (Mar­seille) qui viv­o­tent, au bord de la fail­lite pour la dernière. Tan­dis que la presse en province laisse sou­vent couler un filet d’eau tiède et se garde bien de toute inves­ti­ga­tion – mis à part quelques ini­tia­tives isolées. Les ini­tia­tives de jour­naux moins à gauche de s’im­planter en province ont vécu : ain­si des Libé-villes (Rennes, Lille, Stras­bourg, Orléans arrêtés en 2011) tan­dis que Rue89 (Mar­seille, Lyon, Stras­bourg, Bor­deaux) est l’om­bre de lui-même depuis son rachat par le Nou­velObs. Le filon est cepen­dant à nou­veau exploité par Mediac­ités, dans le but de créer des sites d’in­ves­ti­ga­tion locaux.

La sec­onde rai­son est l’ex­is­tence, en province, de mou­ve­ments mil­i­tants solide­ment ancrés, soit autour de ZAD (Notre-Dame des Lan­des, Bure, Sivens, ferme des Bouil­lons, Roy­bon…), soit autour d’un pôle uni­ver­si­taire, de lead­ers syn­di­caux ou mil­i­tants au sein d’en­tre­pris­es en dif­fi­culté et/ou de ser­vices publics ou para­publics (la Poste à Rennes) et de lieux de réu­nion « alter­nat­ifs » (cafés asso­ci­at­ifs ou non, épiceries du type GASE…) en ville. Le renou­velle­ment des généra­tions mil­i­tantes est per­mis aus­si par une his­toire sociale par­fois très impor­tante, notam­ment à Nantes (grèves de 1955, mou­ve­ment de 1967 et 1968), Lyon (canuts) ou Paris qui font le lien avec les mobil­i­sa­tions actuelles.

Une nou­velle forme d’an­crage du mil­i­tan­tisme appa­raît avec la con­tes­ta­tion de pro­jets d’amé­nage­ment urbain dans les villes – des sortes de ZAD urbaines – puis l’ou­ver­ture de squats et de lieux alter­nat­ifs dans ces quartiers pour con­stituer de nou­veaux points de fix­a­tion : ain­si du parc de la Mou­ton­ner­ie et de la ZAC des Gohards à Nantes, des prairies Saint-Mar­tin à Rennes, du stade de l’OL à Décines (Lyon), du grand con­tourne­ment ouest de Stras­bourg etc. Loin du battage médi­a­tique, des grands lead­ers poli­tiques – sou­vent mal vus – et des lumières parisi­ennes, les petits médias alter­nat­ifs de l’ul­tra­gauche ont de beaux jours devant eux, même s’ils ne per­cent guère hors de leur milieu.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.