Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
FN : l’AFP a‑t-elle minimisé une agression ?
Publié le 

6 décembre 2012

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | FN : l’AFP a‑t-elle minimisé une agression ?

FN : l’AFP a‑t-elle minimisé une agression ?

Samedi matin 1er décembre 2012, un militant du Front National a été agressé par des militants d’extrême-gauche. L’occasion d’observer le traitement journalistique de l’affaire, singulièrement de l’Agence France Presse (AFP).

Les faits

Alors qu’il dis­tribuait des tracts sur le marché de Bourg-la-Reine (Hauts de Seine), un mil­i­tant du Front Nation­al a été frap­pé par der­rière, à la matraque ou au poing améri­cain, selon son témoignage. Il a dû se ren­dre à l’hôpital, la plaie ouverte de son crâne néces­si­tant huit points de suture. Dans les com­men­taires de l’article ren­dant compte de cette agres­sion sur le site FdeS­ouche, la vic­time laisse un pre­mier témoignage : « Pen­dant que je tendais un tract, j’ai reçu un coup vio­lent par der­rière avec un objet genre matraque ou poing améri­cain. J’ai eu 8 points de suture à l’arrière du crâne. Les badauds de toutes opin­ions ont été scan­dal­isé, sauf ceux d’extrême gauche, ricanant et déclarant à ma femme que c’était bien fait pour ma gueule et que seul le fait que la police soit présente l’empêchait de lui faire la même chose. » Les pho­tos de la cica­trice et des agresseurs pré­sumés sont égale­ment disponible sur le site.

Plus tard, il racon­tera par télé­phone au jour­nal Le Parisien : « Je suis tombé, je me suis mis en boule, et j’ai essayé de don­ner des coups de pied. Quand je me suis relevé, j’ai cou­ru après mes agresseurs, mais pas longtemps, parce que j’avais la tête en sang. Heureuse­ment, cela s’est passé près d’une phar­ma­cie, où l’on m’a soigné. Et les pom­piers et la police sont arrivés. »

Communiqué de l’AFP vers 17h

Un mil­i­tant du FN bous­culé sur un marché des Hauts-de-Seine

Un mil­i­tant du Front nation­al a été « bous­culé » same­di matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine) où il fai­sait cam­pagne avant un scrutin lég­is­latif par­tiel, et un dra­peau du par­ti lui a été volé, a‑t-on appris de source poli­cière.

Le mil­i­tant, qui se plaig­nait de légères douleurs à la tête, a été trans­féré à l’hôpital. Aucune plainte n’avait été déposée same­di après-midi, selon cette source.

Le mil­i­tant a été « agressé par “un groupe de six racailles” qui l’ont « “frap­pé vio­lem­ment” », a pour sa part assuré le FN dans deux com­mu­niqués dis­tincts.

Communiqué de l’AFP mis à jour vers 20h

Agres­sion d’un mil­i­tant FN sur un marché des Hauts-de-Seine

Un mil­i­tant du Front nation­al a reçu des coups same­di matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine), où il fai­sait cam­pagne pour une lég­isla­tive par­tielle, a‑t-on appris de source poli­cière et auprès du FN.

Le mil­i­tant, qui se plaig­nait de douleurs à la tête, a été trans­féré à l’hôpital, selon la source poli­cière. Mais selon Julien Dufour, directeur de cam­pagne du can­di­dat FN Michel Geor­get à la lég­isla­tive par­tielle des 9 et 16 décem­bre, le mil­i­tant a été vio­lem­ment frap­pé à l’arrière de la tête, néces­si­tant huit points de suture.

Le mil­i­tant blessé a l’intention de dépos­er plainte dimanche, a assuré le FN. Il a été « agressé par “un groupe de six racailles” qui l’ont “frap­pé vio­lem­ment” », a assuré le par­ti dans deux com­mu­niqués dis­tincts.

Observation sur ces deux dépêches de l’AFP

Dans le pre­mier com­mu­niqué de l’agence, les faits sont min­imisés. Volon­té de dédrama­tis­er l’affaire ? Quoi qu’il en soit, suite aux com­mu­niqués du Front Nation­al et à la paru­tion de pho­tos de l’agression, l’AFP décide de revoir sa copie. La « bous­cu­lade » devient donc une « agres­sion » et les « légères douleurs à la tête » se trans­for­ment en « douleurs à la tête ». L’article reste néan­moins très con­di­tion­nel et nuancé.

Il sem­blerait, au vu des change­ments opérés, que le pre­mier com­mu­niqué, immé­di­ate­ment repris en chœur par les grands médias, ne pou­vait pas tenir longtemps face à l’ampleur des réac­tions à cette agres­sion. L’agence a ain­si décidé de réac­tu­alis­er sa ver­sion… Cepen­dant, les traces de cette mod­i­fi­ca­tion n’ont pas échap­pé à cer­tains sites, comme Le Brévi­aire des Patri­otes.

De quoi s’interroger sur les méth­odes de l’AFP, prin­ci­pale source d’information des médias tra­di­tion­nels…

Crédit pho­to : philippe leroy­er via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision