Accueil | Actualités | Médias | Bruxelles demande aux réseaux sociaux de traquer les « fausses informations »
Pub­lié le 1 février 2017 | Éti­quettes :

Bruxelles demande aux réseaux sociaux de traquer les « fausses informations »

Après le traumatisme de l'élection de Donald Trump, les médias et les politiques n'ont plus qu'une obsession en tête : les « fake news », jugées responsables de ce petit imprévu électoral ainsi que de la montée des « extrêmes ».

Aussi, les médias traditionnels en perte de vitesse (qu'il s'agisse des audiences ou des ventes, pour la presse papier) redoutent par-dessus tout le succès des sites de réinformation sur internet, tout comme l'effet des réseaux sociaux.

Dernier signe d'inquiétude en date, Bruxelles vient de sommer Facebook et les autres réseaux sociaux de « prendre une position plus forte » contre les « fausses informations ». « Je suis très préoccupé comme tout le monde au sujet des fausses informations, surtout après les élections aux États-Unis », a déclaré le commissaire européen chargé du marché unique numérique Andrus Ansip. Au-delà de l'avertissement, l'Union Européenne compte bien sévir : « Je crois vraiment aux mesures d'autoréglementation, mais si des clarifications sont à faire, nous serons prêts à les faire. »

De son côté, Facebook a annoncé la mise en place d'un système de filtre pour les contenus suspects. « Nous testons plusieurs façons de rendre plus facile le signalement de fausses informations, ce que vous pouvez faire en cliquant sur le coin supérieur droit d'un message. Nous comptons beaucoup sur notre communauté pour obtenir de l'aide sur cette question... », a déclaré la plate-forme. Une manière comme une autre d'inviter ses utilisateurs à la délation...

Outre les principes douteux du procédé, le fait qu'un réseau social décide quelle information est « vraie » ou « fausse » relève de la naïveté affligeante et pose bien des questions, notamment celles de savoir qui seront les principales cibles de cette vigilance et quelle sera le degré idéologique de cette vigilance. Question subsidiaire enfin : les médias traditionnels devront-ils également rendre des comptes sur la fiabilité de leurs informations ?

Crédit photo : Glyn Lowe via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

34% récolté
Nous avons récolté 682€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store