Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | not_global | Ouest-France pris en flagrant délit de “fake news”
Ouest-France pris en flagrant délit de “fake news”

7 mars 2018

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | not_global | Ouest-France pris en flagrant délit de “fake news”

Ouest-France pris en flagrant délit de “fake news”

Ouest-France pris en flagrant délit de “fake news”

La presse mainstream, meilleur gardien du français moyen contre les fake news ? À voir. Ouest-France vient par exemple de se faire prendre la main dans le sac en pleine propagation de fausse nouvelle, même si l’article incriminé a été promptement retiré de l’édition de Rennes.

Et c’est même un jour­nal­iste chevron­né, Samuel Nohra – depuis 1996 à la rédac­tion – qui a com­mis, le mot est bien choisi, un arti­cle inti­t­ulé « Rennes. L’appel aux dons pour un jeune atteint de qua­tre can­cers était bidon ». Il se trou­ve que Julien, 27 ans, est bien atteint d’un can­cer, et que son demi-frère a lancé une col­lecte pour lui sur le site GoFundMe, afin de lui financer un dernier traite­ment par cryothérapie à Saint-Grégoire.

Sur le site, la col­lecte indique qu’il est traité à Rennes. Ni une ni deux, le jour­nal­iste de Ouest-France con­tacte le CHU, qui l’é­con­duit, n’é­tant pas con­cerné – et n’avait d’ailleurs pas à lui répon­dre au vu du secret médi­cal – et vers la plate­forme de col­lecte de dons, qui bloque la col­lecte tem­po­raire­ment par pré­cau­tion. Faute d’avoir les coor­don­nées du malade, il omet de join­dre la famille, et décide donc de son pro­pre chef que la col­lecte était bidon. Ce qui se retrou­ve rapi­de­ment dans le journal.

Sauf que le malade était loin d’être imag­i­naire… et la colère de la famille est elle aus­si bien réelle. Elle a joint le jour­nal­iste qui ne s’est pas excusé, même si l’ar­ti­cle a été retiré. Une plainte en diffama­tion pour­rait être déposée con­tre le jour­nal­iste indéli­cat, car « c’est avant tout de notre hon­neur dont il s’agit », explique une proche du jeune malade dans un autre titre de la presse locale, Breizh Info.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.