Accueil | Actualités | Médias | Quand Mediapart fait licencier une collaboratrice du député Mariton
Pub­lié le 9 juin 2013 | Éti­quettes :

Quand Mediapart fait licencier une collaboratrice du député Mariton

Doit on franchir la frontière entre information et délation pure ? Peut on affaiblir un adversaire politique par l’intermédiaire d’un de ses collaborateurs ? Doit on réclamer le licenciement d’un salarié pour raisons politiques ?

Par l’intermédiaire d’une de ses journalistes, Médiapart a répondu oui à toutes ces questions. Le député et orateur du groupe UMP Hervé Mariton était une des figures politiques de « La Manif pour tous ». Il sera puni mais par la bande. Mardi 4 juin, le site publie une "enquête" sur une collaboratrice de Mariton intitulée : "Le CV d'extrême-droite de l'attachée parlementaire d'Hervé Mariton".

Pour disqualifier la jeune femme, la journaliste Marine Turchi se fonde sur quelques informations publiques de sa page facebook dont un appel à rendre hommage à l'écrivain Dominique Venner, une liste d'élections étudiantes et … le profil de son compagnon. Information ou volonté de nuire ? Voilà le nom de la jeune femme jeté en pâture, et la nouvelle se propage comme une trainée de poudre.

Le député Mariton se désolidarise de sa collaboratrice et annonce qu'il a mis fin à ses fonctions. La presse suit et titre : "Hervé Mariton se sépare de sa collaboratrice proche de l'extrême-droite". Médiapart de son côté twitte fièrement: "Suite à nos investigations sur l'assistante parl. d'Hervé Mariton, le député UMP a déclaré démettre cette dernière ". Vous avez dit délation ?

Crédit photo : capture d'écran mediapart.fr

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This