Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pression publicitaire : HSBC retire ses annonces des journaux « hostiles »

25 février 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Pression publicitaire : HSBC retire ses annonces des journaux « hostiles »

Pression publicitaire : HSBC retire ses annonces des journaux « hostiles »

Accusant sa direction d’avoir minimisé l’affaire SwissLeaks pour des raisons publicitaires, Peter Oborne, éditorialiste en chef du Daily Telegraph, a présenté sa démission.

Ce jour­nal­iste vedette du quo­ti­di­en bri­tan­nique n’hésite pas à accuser ses supérieurs de « tromperie envers les lecteurs », cri­ti­quant la cou­ver­ture timide qui a été faite de l’af­faire SwissLeaks. Comme beau­coup de titres de presse, le Dai­ly Tele­graph abrite en effet dans ses colonnes des pub­lic­ités pour la banque HSBC, acteur du scan­dale, qui détient ain­si un moyen de pres­sion red­outable.

Selon Oborne, la direc­tion aurait fait sup­primer des arti­cles con­cer­nant la banque et aurait réduit au min­i­mum son traite­ment de l’af­faire pour ne pas offenser cet annon­ceur impor­tant.

Dans une let­tre ouverte pub­liée par le site Open­Democ­ra­cy, Peter Oborne estime que son jour­nal a fait le choix « ter­ri­ble » de « plac­er ce qu’il perçoit comme les intérêts d’une grande banque inter­na­tionale au-dessus de son devoir d’in­former les lecteurs ». Désor­mais, le jour­nal­iste qui assure par­ler au nom de « la grande majorité » de la pro­fes­sion, réclame une enquête indépen­dante sur cette affaire.

Et celui-ci de rap­pel­er que cette retenue ne date pas d’hi­er. En 2013, le Tele­graph avait pub­lié des infor­ma­tions sur les comptes HSBC off­shore de per­son­nal­ités à Jer­sey, ce qui avait con­duit la banque à sup­primer ses annonces. « Recon­quérir le bud­get pub­lic­i­taire de HSBC était devenu une pri­or­ité urgente », explique le jour­nal­iste, qui racon­te que les arti­cles liés aux éva­sions fis­cales avaient alors cessé.

Oborne ajoute que son jour­nal avait agi de la même manière par rap­port au croisiériste Cunard, annon­ceur impor­tant qui aurait été ménagé.

Depuis l’an dernier, date à laque­lle le très respec­té rédac­teur en chef Tony Gal­lager avait été licen­cié et rem­placé par un améri­cain, la qual­ité édi­to­ri­ale de ce quo­ti­di­en tiré à env­i­ron 500 000 exem­plaires fait débat. Les jour­nal­istes dénon­cent depuis une muta­tion numérique à marche for­cée, dom­inée par « la cul­ture du clic » et du buzz.

Pour en revenir à l’af­faire SwissLeaks, le directeur général de la banque HSBC vient, sem­ble-t-il, de don­ner rai­son à l’édi­to­ri­al­iste fron­deur du Tele­graph. Lors de la présen­ta­tion des résul­tats annuels de son groupe, celui-ci a con­fir­mé que ses ser­vices s’éver­tu­aient à retir­er les pub­lic­ités des jour­naux ayant fait une « cou­ver­ture hos­tile » de l’af­faire. « Nous avons recours à la pub­lic­ité pour ven­dre plus de pro­duits ban­caires. Et ça ne fait aucun sens de plac­er une pub­lic­ité à côté d’une cou­ver­ture jour­nal­is­tique hos­tile », a‑t-il déclaré. De quoi, en effet, faire réfléchir les direc­tions des titres qui dépen­dent large­ment de leurs annon­ceurs…

« Si vous lisez en pages 4 et 5 que HSBC est une mau­vaise entre­prise, c’est peu prob­a­ble que vous allez vous dire une page plus loin ‘et si j’al­lais pren­dre un crédit immo­bili­er chez eux’. C’est du bon sens, c’est le busi­ness qui veut ça », a pour sa part con­fir­mé Stu­art Gul­liv­er, de HSBC. Le Guardian, en pre­mière ligne dans les révéla­tions de l’af­faire SwissLeaks, vient juste­ment d’an­non­cer que la banque bri­tan­nique avait « sus­pendu » ses investisse­ments pub­lic­i­taires dans ses colonnes.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.