Accueil | Actualités | Médias | Patrick Eveno, l’avenir de la presse
Pub­lié le 29 novembre 2012 | Éti­quettes : ,

Patrick Eveno, l’avenir de la presse

En 2005 la presse écrite française consommait un peu moins d’un million quatre cent cinquante mille tonnes de papier par an. En 2011 les chiffres sont d’un million de tonnes, une diminution du tiers. De 2007 à 2012 la publicité de la presse écrite a également diminué du tiers, seulement moins 9% pour la PQR (presse quotidienne régionale) mais moins 55% pour la PQN (presse quotidienne nationale).

Ces chiffres effrayants sont ceux d’un spécialiste incontestable des médias, le professeur Patrick Eveno (Paris 1, Panthéon/Sorbonne). Il nous prévient : la généralisation du numérique représente un véritable changement de civilisation. Le journal est un instrument de communication fermé. Internet est ouvert, accessible aussi bien sur un téléphone intelligent, un ordinateur que sur une tablette. Patrick Eveno parle joliment de « miroir aux tablettes » pour l’avenir immédiat des revenus financiers dérivés des tablettes mais il souligne aussi le changement de paradigme autour des tablettes/téléphones pour les nouveaux modèles économiques à construire

L’avenir ? Plus de contenu, sur le papier comme en ligne. Certains comme le Financial Times veulent s’affranchir du papier. D’autres privilégient des modèles mixtes. Mais les grands titres français, coûtant de plus en plus cher (1.60€ pour Le Monde) avec de moins en moins de contenu (fermeture des bureaux à l’étranger, absence de spécialistes, moins d’argent pour les enquêtes) ont du souci à se faire. La mort soudaine d’Éric Israelewicz sous tension par ses actionnaires et sa rédaction est un symptôme.

Patrick Eveno est l’auteur de nombreux ouvrages sur la presse dont un indispensable « Histoire de la presse française. De Théophraste Renaudot à la révolution numérique », Flammarion, 2012.

Source : envoyé spécial, La presse au futur 2012, table ronde organisée par la SEPREM, Cap 15, 28 novembre 2012.

Sur le même sujet voir aussi notre recension de Jean Stern, Les patrons de presse, tous mauvais, La Fabrique, 2012

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux