Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">“</span>On finira bien par les avoir” 4/4
Publié le 

21 août 2012

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Feuilleton de l'été | On finira bien par les avoir” 4/4

On finira bien par les avoir” 4/4

Suite et fin du feuilleton de l’été “On finira bien par les avoir”. Une fiction politico-journalistique en quatre parties. Quatrième partie.

J’ai lais­sé les doc­u­ments dans le cof­fre de Regi­na après avoir pris des notes. De retour chez moi, j’ai com­mencé par envoy­er un mail à mon rédac­teur en chef pour l’informer que j’avais une bombe sous le coude et qu’il fal­lait d’ici peu prévoir 10 pages en Une. Puis, j’ai sil­lon­né le Net à la recherche du moin­dre élé­ment con­cer­nant la société Siflo­ral, sans rien trou­ver bien enten­du. Enfin j’ai passé des dizaines de coups de fil en France, à des col­lègues et à des flics avec qui j’avais tou­jours eu de bonnes rela­tions. J’avais le droit à de la bonne vieille ironie de chez nous. « Jacky Blast ? Merde ! T’es encore vivant ! Tu t’es instal­lé dans la forêt vierge avec un trav­elo ou quoi ? Siflo­ral ? Ouais, je vais essay­er de me ren­seign­er mais je garan­tis rien… »

J’avais rédigé des morceaux de mon arti­cle, décidé à le pub­li­er même si je ne réus­sis­sais pas à en savoir plus sur la Siflo­ral. Après tout, j’apporterais la preuve des rétro-com­mis­sions et le nom d’une société. Les juges prendraient le relais. Mau­rice est passé en fin d’après-midi boire l’apéro. Il reve­nait du Nord, pour un reportage sur les orpailleurs clan­des­tins de l’Amazonie. Il avait réus­si à filmer un camp aban­don­né et à inter­view­er des mil­i­taires des forces spé­ciales, mais aucun orpailleur. En dés­espoir de cause, il avait filé un bil­let à deux clochards et leur avait fait appren­dre un texte qu’ils avaient réc­ité devant la caméra. Par­fois il louait car­ré­ment des comé­di­ens, leur demandait de jouer un flic, un juge, un éco­lo, un rescapé. Et le pire de tout, c’est que ça le fai­sait mar­rer. Il avait au bras des piqures de mous­tiques de la taille d’une pièce de 2 euros. S’il y a bien une chose dont j’étais con­va­in­cu, c’est que je ne met­trais jamais les pieds dans cette jun­gle pour­rie. J’ai servi le whisky qu’on a bu sur la ter­rasse en décon­nant. On était en train de se met­tre en appétit en évo­quant les dif­férents morceaux de la vache, filet, onglet, bavette, rum­steck, et leurs qual­ités respec­tives, quand le télé­phone a son­né. J’attendais des nou­velles de Regi­na alors j’ai décroché, ce que je ne fai­sais générale­ment jamais. Nico­las Avi­cenne, le patron de mon jour­nal, m’annonçait en per­son­ne son arrivée à Rio de Janeiro le lende­main après-midi et me don­nait ren­dez-vous, avec les doc­u­ments, au Sher­a­ton Bar­ra Hôtel à 16 heures pré­cis­es…

Un ser­vice réguli­er de bus reli­ait mon patelin à Rio. J’ai pris celui de 11 heures. A 12h30, le porti­er de l’immeuble de Regi­na lui annonçait ma vis­ite par l’interphone. Je suis mon­té. Elle por­tait une petite jupe à fleur et un chemisi­er blanc qui lui moulait les seins, les cheveux attachés au dessus de la tête. Elle m’a sauté dans les bras. J’ai réal­isé que j’étais sacré­ment mor­du. J’ai réal­isé égale­ment qu’il restait plus de trois heures avant le ren­dez-vous.

À 16 heures, j’étais assis au bar du Sher­a­ton Bar­ra Hôtel devant un whisky, les doc­u­ments posés sur le tabouret à côté du mien. Avi­cenne est sor­ti de l’ascenseur en costard cra­vate som­bre et s’est dirigé droit vers moi. Il avait repris la direc­tion du jour­nal qua­tre ans aupar­a­vant, on ne s’était jamais ren­con­tré, je n’avais jamais eu à traiter avec lui. Il m’a ten­du la main en souri­ant.

- Jacques Blast ? Je suis très heureux de vous ren­con­tr­er. Vous êtes le seul jour­nal­iste de la rédac­tion que je ne con­nais­sais pas…

Je lui ai ser­ré la main. Il m’a pro­posé de mon­ter dans sa cham­bre, une suite plutôt, la plus belle de l’hôtel. J’ai fini mon whisky d’un trait et je l’ai suivi dans l’ascenseur.

- C’est la seule cham­bre libre qu’il leur restait, s’est-il excusé en ouvrant la porte.

On s’est assis autour d’une table, je lui ai ten­du le dossier, ain­si que mes notes qui réca­pit­u­laient l’affaire. Il a par­cou­ru le tout en silence, tor­dant par­fois sa bouche ou acquiesçant d’un signe de tête.

- Et la Siflo­ral ? il a finale­ment demandé.

J’ai haussé les épaules. Il a pris un air con­trar­ié.

- C’est quoi vos sources ?
— Un haut fonc­tion­naire du min­istère de l’Intérieur.
— Pourquoi ?
— Pourquoi quoi ?
— Pourquoi il vous a bal­ancé ça ?
— Dis­ons que ça à voir avec la morale.

Il a souri.

- Oubliez la morale, mon vieux. Dans ces affaires, elle n’est jamais présente. Vous n’avez pas pen­sé à une manip­u­la­tion ?
— Non.
— Vous auriez dû. Il faut être très pru­dent en la matière. Cer­tains pays pen­saient obtenir ce con­trat et s’estiment lésés. Il y a des intérêts énormes. Sans être para­no, il ne faut jamais écarter a pri­ori une ten­ta­tive de désta­bil­i­sa­tion.

Il a refer­mé le dossier, a joint ses mains sous son men­ton.

- C’est du lourd, votre truc. Je marche mais il faut d’abord enquêter dis­crète­ment sur votre source.
— Elle est clean.
— Je n’en doute pas mais il faut s’en assur­er. Elle n’apparaîtra nulle part.
— Très bien. Elle s’appelle Regi­na dos San­tos, elle est con­seil­lère tech­nique auprès du min­istre de l’Intérieur.
— Bon. On ver­ra bien. En atten­dant, essayez d’en savoir plus sur la Siflo­ral et tenez-vous prêt. Quand ça va sor­tir, ça va faire mal.

Il m’a ten­du la main.

- Bra­vo, mon vieux. C’est du jour­nal­isme comme je l’aime. Je vous tiens au courant.

Je suis retourné chez Regi­na qui a rangé les doc­u­ments dans le cof­fre.

- Alors ? m’a‑t-elle demandé.
— Alors ça roule, jolie poupée. Deux ou trois véri­fi­ca­tions et on fait sauter la baraque.

Elle a ri.

- Et si on se saoulait au whisky pour fêter ça ?

J’ai ri à mon tour.

- A mon avis tu seras saoul avant moi.
— Alors je serai sans défense et tu pour­ras abuser de moi.

Elle a servi les ver­res.

Je suis ren­tré chez moi le lende­main matin. J’avais un mes­sage sur mon répon­deur, d’un vieux col­lègue indépen­dant, fouineur comme pas deux. « Salut ma couille, j’ai des nou­velles de ta société à la con. Devine qui la dirige ? Quelqu’un qui a trois enfants : Siméon, Flo­re et Alexan­dre, ce qui donne Siflo­ral… pas bête, hein ? T’as pas encore trou­vé ? C’est ton pro­pre boss, ducon : Nico­las Avi­cenne. J’espère qu’il n’est pas au courant que tu fouines dans ses affaires… Allez, on se rap­pelle, bis­es. »

Le lende­main matin, le Jor­nal do Brasil titrait sur un crime cra­puleux com­mis la veille à Rio de Janeiro. Extrait : « Les mal­fai­teurs ont réus­si à neu­tralis­er le gar­di­en d’un immeu­ble chic de Leblon et sont mon­tés au six­ième étage où ils ont for­cé le cof­fre de Regi­na dos San­tos, une jeune juriste qui offi­ci­ait au min­istre de l’Intérieur. La mal­heureuse qui a prob­a­ble­ment sur­pris les cam­bri­oleurs en pleine nuit a été griève­ment blessée. Elle est décédée à l’hôpital São Lucas des suites de ses blessures ».

Pierre Montchal

Première partie : cliquez ici
Deuxième partie : cliquez ici
Troisième partie : cliquez ici

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision