Accueil | Actualités | Médias | Le CSA ne veut plus de drapeaux tricolores dans les clips de campagne !
Pub­lié le 7 avril 2017 | Éti­quettes :

Le CSA ne veut plus de drapeaux tricolores dans les clips de campagne !

Il faudrait presque se pincer pour le croire. Le 10 avril prochain débutera la campagne officielle pour les candidats à la présidentielle, avec pour chacun la diffusion d'un clip de campagne à la télévision.

Tous les ans, le Conseil supérieur de l'audiovisuel fournit aux candidats les règles de réalisation de ces spots télévisés, qui seront diffusés et financés pour moitié (moyens et équipes de tournage) par France Télévisions. Sauf que cette année, celles-ci seront assez originales.

En effet, comme le rapporte le journal L'Opinion, le CSA va désormais interdire strictement « de faire apparaître tout emblème national ou européen » ainsi que d'utiliser l'hymne national, la Marseillaise, au sein du clip. Le but serait d'éviter qu'un candidat ne mise sur « un nationalisme délirant », a expliqué une source citée par le journal.

Terminé les drapeaux tricolores flottant au vent, les scènes de meeting couvertes de bleu-blanc-rouge. Place à la com' vide de sens ! Par cette interdiction, le CSA explique vouloir éviter que certains symboles soient « maltraités ou utilisés de manière négative »...

Comme l'explique RT France, « cette interdiction de diffuser l'hymne national ou des drapeaux dans les clips de campagne n'est pourtant pas nouvelle, mais était jusqu'alors tolérée par le CSA ». Quoi qu'il en soit, il est difficile de ne pas rester médusé devant l'idée d'une campagne présidentielle française... sans symboles nationaux.

La faute au « nationalisme délirant »... ou à la crainte devant la montée du Front National ?

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

66% récolté
Nous avons récolté 1.320€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store