Accueil | Actualités | Médias | La Tribune : et maintenant l’Afrique
Pub­lié le 30 mai 2016 | Éti­quettes :

La Tribune : et maintenant l’Afrique

La Tribune profite de sa santé financière retrouvée pour mettre un pied en Afrique. La marque économique, qui publie l'hebdomadaire éponyme et le site Latribune.fr, lancera une édition numérique à partir de Rabat au Maroc à la rentrée prochaine.

Pour ce faire, La Tribune s'est associée avec le lobbyiste Abdelmalek Alaoui, proche de la famille royale marocaine. Le dispositif éditorial, qui comprendra aussi le développement d'éditions spéciales, prévoit de traiter de l'ensemble de l'économie africaine de l'ouest. Une large part du contenu sera néanmoins consacrée aux entreprises du dragon marocain, seconde économie du continent après l'Afrique du Sud.

Si La Tribune ne précise pas d'objectif de recettes prévisionnelles générées par cette nouvelle brique rédactionnelle, ses résultats positifs en 2015 lui permettent d'envisager de nouveaux développements. Ils l'encouragent aussi à poursuivre sa stratégie "glocale" dans l'Hexagone. L'hebdomadaire propose ainsi trois nouvelles éditions depuis le printemps, à Marseille, Bordeaux et Toulouse. Paraissant quatre fois par an, ces dernières sont directement issues d'anciens trimestriels économiques appartenant au groupe Hima, l'éditeur de la marque. Ainsi Meridien mag, Objectif Aquitaine et Objectif news n'ont plus d'existence propre. La Tribune, qui serait diffusée à 48 000 exemplaires (selon l'éditeur), compte être présente dans une dizaine de grande métropoles-y compris dans le Grand Paris- à l'horizon fin 2017.

Déficitaire depuis 2001, La Tribune a été pour la première fois légèrement bénéficiaire en 2015. Elle a même réalisé un Excédent Brut d'Exploitation (EBE) de près de 500 000 euros l'année dernière. N'employant plus que 25 salariés, le journal a vu son chiffre d'affaires progresser de 20% en 2015, à 8,5 millions d'euros.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This