Censure sur Twitter : la France devant la Russie

Censure sur Twitter : la France devant la Russie

Dans son rapport de transparence semestriel, Twitter révèle que la France se situe en deuxième position en ce qui concerne les requêtes visant à obtenir la suppression de certains contenus publiés sur son réseau.

Si prompte à donner des leçons de démocratie, la « patrie des droits de l’homme » figure pourtant sur le podium de la censure avec 108 demandes entre janvier et juillet 2014. En tête du classement, la Turquie comptabilise 186 requêtes. Derrière la France, loin derrière, la Russie en affiche seulement 32…

Twitter a constaté, sur le plan international, une hausse continue des demandes de suppression de contenus jugés litigieux. « Nous avons reçu 14 % de demandes de suppression supplémentaires durant le premier semestre 2014 par rapport à la période précédente », a expliqué le réseau social. Et d’ajouter que « la majorité de ces requêtes proviennent de la Turquie, de la France et de la Russie, ce qui a abouti à la fermeture de 25 comptes et à la suppression de 224 tweets. En totalité, 25 comptes et 251 tweets ont été retirés de différents pays à travers le monde ».

En France, les 108 requêtes sont essentiellement d’origine administrative – une seule provient d’un tribunal. Celles-ci ont visé 112 comptes et 28 % de ces demandes ont été satisfaites : 30 messages ont été supprimés. Cependant, aucun compte n’a été fermé. Erwan Le Nagard, spécialiste de Twitter, constate que « globalement, ces demandes sont en hausse dans le monde, mais en recul en France. Au précédent semestre, l’actualité fut marquée par plusieurs affaires concernant des hashtags racistes et antisémites. Twitter et l’Union des étudiants juifs de France avaient collaboré pour sanctionner ces propos ».

« On peut toujours s’étonner de l’implication d’organismes gouvernementaux dans ces demandes de suppression. Néanmoins, je ne pense pas que l’on puisse parler de censure active. Twitter reste un large terrain d’expression si l’on met en perspective ces 30 tweets supprimés au regard des 500 millions de tweets publiés chaque jour ! », tempère-t-il.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook