Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Cannes 2017 sur France 2 : la propagande glamour

30 mai 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Cannes 2017 sur France 2 : la propagande glamour

Cannes 2017 sur France 2 : la propagande glamour

Dimanche 28 mai, le jury du Festival de Cannes a décerné le prix d’interprétation féminine à Diane Kruger pour son rôle dans le film de Fatih Akın, In the Fade. Le journal de 20h00 de France 2, présenté par Leïla Kaddour, organisait le soir même un duplex avec l’actrice qui a viré à la rencontre du troisième type…

Les cinéastes sont bien enten­du sou­verains dans le choix des sujets qu’ils désirent traiter et le réal­isa­teur ger­mano-turc Fatih Akin n’échappe pas à cette lib­erté. On a pour­tant le droit de trou­ver d’un exécrable mau­vais goût le sujet du film qu’il vient d’achever et qui a été présen­té à Cannes au dernier jour du fes­ti­val. In the fade s’inspire en effet de la mort en Alle­magne de dix per­son­nes, dont huit d’origine turque, entre 2000 et 2007. Les enquê­teurs ont longtemps cru qu’il s’agissait de règle­ments de compte com­mu­nau­taires avant de décou­vrir en 2011 que ces assas­si­nats avaient été le fait de trois mil­i­tants néon­azis qui se sont sui­cidés cette année-là après un braquage raté. La télévi­sion alle­mande a pro­duit depuis plusieurs doc­u­men­taires et une mini-série sur un sujet qui bien qu’anecdotique d’un point de vue poli­tique (les trois crim­inels ne sig­nent évidem­ment pas la résur­gence du nazisme) est vécu, et cela on peut le com­pren­dre, comme un trau­ma nation­al pour les Alle­mands.

Les musulmans en éternelles victimes

C’est donc sur ce sujet que le réal­isa­teur, musul­man lui-même, a souhaité réalis­er son dernier film. Huit immi­grés turcs assas­s­inés en huit ans pour la sim­ple rai­son qu’ils étaient turc ; l’affaire est évidem­ment choquante. Mais la séquence his­torique que vit l’Europe depuis 2015 per­met de rel­a­tivis­er cette bar­barie et de s’interroger sur le sujet choisi par le réal­isa­teur. Pour traiter les ques­tions de l’intolérance, du racisme et de la vio­lence poli­tique, il avait l’embarras du choix. Char­lie Heb­do, Mon­trouge, Copen­h­ague, Saint-Quentin Fallavier, le Thalys, le Bat­a­clan, Brux­elles, Mag­nanville, Nice, Saint-Eti­enne du Rou­vray, Berlin, le Car­rousel du Lou­vre, West­min­ster, Stock­holm, les Champs-Elysées, Man­ches­ter, pour ne citer que les atten­tats les plus impor­tants de ces trois dernières années, ont causé la mort de 600 per­son­nes en Europe, assas­s­inées par des musul­mans rad­i­caux. Pourquoi Fatih Akin n’a‑t-il pas choisi là son sujet ? Pourquoi avoir choisi de réalis­er un film où les musul­mans sont les vic­times et les européens les bour­reaux quand la réal­ité européenne, depuis quelques années, démon­tre exacte­ment l’inverse ?

Pour pren­dre la mesure de la pro­pa­gande sans scrupule à laque­lle s’est livrée ce réal­isa­teur, il faut se tourn­er vers les films tournés pen­dant la sec­onde guerre mon­di­ale par des réal­isa­teurs alle­mands qui met­taient en scène des Juifs assas­si­nant et spo­liant les Européens au moment où les vrais Juifs se fai­saient vrai­ment envoyés dans les camps par de vrais Alle­mands. C’est le Juif Süss, les Rapaces, les Roth­schild ou le Juif errant. C’est dans le même esprit qu’a tra­vail­lé Fatih Akin en choi­sis­sant, au moment où ses core­li­gion­naires mas­sacrent hommes, femmes et enfants européens, de les présen­ter comme des vic­times et de présen­ter les vraies vic­times comme des bour­reaux dans une for­mi­da­ble inver­sion.

Un sujet qui nous rapproche de la réalité…

Dimanche soir, donc, la jour­nal­iste Leïla Kad­dour félicite Diane Kruger pour son prix dans un duplex en direct de la croisette. Après les banal­ités d’usage (« Je suis heureuse et émue », « je remer­cie toute l’équipe », etc.), la jour­nal­iste pose une ques­tion : « C’est aus­si un sujet qui nous rap­proche de l’actualité. J’imagine que pour incar­n­er cette femme (l’épouse d’un Turc mort dans un atten­tat néon­azi, ndlr), vous avez été nour­rie par tout ce qui nous entoure ? » L’actrice répond qu’elle a beau­coup par­lé avec des rescapés de vic­times, etc., puis prend un air encore plus grave : « En une semaine à Cannes, il y a eu deux atten­tats ; for­cé­ment, le goût est encore dans la bouche de com­bi­en de Katia (son per­son­nage, ndlr) qui se sont for­mées cette semaine ». Arrê­tons-nous une sec­onde sur cet incroy­able dia­logue.

« Un sujet qui nous rap­proche de l’actualité ». Rap­pelons le sujet du film : des néon­azis tuent des immi­grés musul­mans. Rap­pelons l’actualité : un immi­gré musul­man tue 22 ado­les­cents anglais à Man­ches­ter. En quoi le sujet du film nous rap­proche-t-il d’une quel­conque actu­al­ité ?

« En une semaine à cannes, il y a eu deux atten­tats ». Des atten­tats néon­azis ? Encore une fois, qu’est-ce qu’ont à voir les atten­tats islamistes avec le sujet du film si ce n’est que les deux par­lent de vio­lence et de crime comme 90% des films de ciné­ma ? Rien évidem­ment.

Mais mélanger sci­em­ment un fait divers d’arrière-garde avec une men­ace glob­ale et struc­turée d’avant-garde a deux avan­tages : rel­a­tivis­er cette men­ace (il y a des crim­inels et des fous partout) et la présen­ter comme équiv­a­lente à la men­ace « d’extrême-droite ». Du beau boulot de pro­pa­gan­diste enrobé de pail­lettes et de glam­our.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision