Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Viol islamique de l’Europe » : la couverture politiquement incorrecte d’un magazine polonais
Publié le 

28 juillet 2016

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | « Viol islamique de l’Europe » : la couverture politiquement incorrecte d’un magazine polonais

« Viol islamique de l’Europe » : la couverture politiquement incorrecte d’un magazine polonais

[Pre­mière dif­fu­sion le 29 févri­er 2016] Red­if­fu­sions esti­vales 2016

La couverture de l’hebdomadaire polonais wSieci paru le 15 février dernier en a fait bondir plus d’un : une femme blanche et blonde vêtue d’un drapeau européen en guise de robe, avec des mains basanées, probablement nord-africaines ou moyen-orientales, l’attrapant par les cheveux, les poignets, les hanches et le décolleté.

En titre : « Viol islamique de l’Europe » avec, en sous-titre, « Notre rap­port : ce que les médias et les élites brux­el­lois­es cachent aux citoyens de l’Union ». Cette cou­ver­ture ren­voie à deux arti­cles : « L’enfer de l’Europe », d’Aleksandra Rybińs­ka, et « L’Europe veut-elle se sui­cider ? », de Bro­nisław Wild­stein. Il s’agit de deux jour­nal­istes con­ser­va­teurs, aux vues plutôt proches du par­ti Droit et Jus­tice (PiS) de Kaczyńs­ki, actuelle­ment au pou­voir, qui pub­lient régulière­ment dans cette revue con­ser­va­trice et glob­ale­ment plutôt favor­able au PiS. wSieci (un nom qui sig­ni­fie « Dans le réseau », écrit en un seul mot) est un heb­do­madaire jeune, qui a fait son appari­tion en 2012. En décem­bre 2015, il s’est ven­du en moyenne à plus de 84 000 exem­plaires, ce qui en fait le qua­trième heb­do­madaire d’actualité en Pologne (le numéro 1 des heb­do­madaires d’actualité s’est ven­du le même mois à 142000 exem­plaires en moyenne). Il a été créé par un groupe de jour­nal­istes con­ser­va­teurs qui ont aus­si dévelop­pé un des plus grands sites d’information de droite en Pologne : wPolityce.pl. Cet heb­do­madaire est un habitué des cou­ver­tures « chocs » ou « polémiques ».

« Viol islamique de l’Europe »

« Viol islamique de l’Europe »

La cou­ver­ture du numéro paru le 15 févri­er a sus­cité comme on pou­vait s’y atten­dre des réac­tions néga­tives dans plusieurs médias inter­na­tionaux. De manière récur­rente, les auteurs des arti­cles trai­tant ce sujet ont par­lé d’un heb­do­madaire « ultra-con­ser­va­teur », « d’extrême droite », « xéno­phobe » ou « raciste », et ils ont cité les com­para­isons avec la pro­pa­gande fas­ciste ou nazie d’avant-guerre qui cir­cu­laient sur les réseaux soci­aux. Cela a été le cas par exem­ple du site de blogs Big Brows­er du jour­nal Le Monde, du site Au Féminin, de RT en français, du Huff­in­g­ton Post UK, du jour­nal ital­ien Cor­riere del­la Sera et du média pub­lic alle­mand Deutsche Welle. Ce dernier média a toute­fois rap­pelé l’existence d’autres cou­ver­tures récentes dans le même style, comme celle du mag­a­zine Focus en Alle­magne. Le site Bre­it­bart s’est quant à lui fait qual­i­fi­er d’extrême droite par le Wash­ing­ton Post pour avoir par­lé de cette cou­ver­ture de manière sim­ple­ment descrip­tive. Une descrip­tion de Bre­it­bart reprise par le Dai­ly Mail chez nos voisins bri­tan­niques. Côté cri­tiques, les auteurs con­tes­tent le mes­sage véhiculé en cou­ver­ture de wSieci qui ferait, d’après eux, référence aux mul­ti­ples agres­sions de la Saint-Sylvestre à Cologne. Ils en prof­i­tent pour véhiculer l’information fausse lancée par des médias belges sur le fait qu’il n’y aurait que 3 réfugiés par­mi les inculpés de Cologne. Ce men­songe, qui avait été rapi­de­ment démen­ti par le pro­cureur de Cologne, est donc util­isé pour dis­créditer les allé­ga­tions sup­posées de l’hebdomadaire polon­ais. Cette stratégie a été adop­tée, entre autres, par Direct Matin, le Wash­ing­ton Post, le jour­nal espag­nol El Mun­do

Le pre­mier des deux arti­cles aux­quels la cou­ver­ture de wSieci ren­voie, « L’enfer de l’Europe » (inti­t­ulé « Viol islamique » dans le som­maire du numéro), est une liste non exhaus­tive des nom­breux vio­ls et agres­sions per­pétrés depuis la mi-2015 par des deman­deurs d’asile ou immi­grés de fraîche date con­tre d’autres « migrants » dans les cen­tres d’accueil et aus­si con­tre des autochtones en Alle­magne, au Dane­mark, en Suède et en Norvège, avec égale­ment un rap­pel des agres­sions con­tre les auto­mo­bilistes, les chauf­feurs routiers et les habi­tants à Calais. En intro­duc­tion, la jour­nal­iste Alek­san­dra Rybińs­ka affirme que l’on assiste au choc de deux civil­i­sa­tions qui se sont com­bat­tues pen­dant qua­torze siè­cles, et que les musul­mans qui vien­nent en Europe por­tent dans leur con­science col­lec­tive le con­flit avec le monde européen. Le deux­ième arti­cle, « L’Europe veut-elle se sui­cider ? » (« Le sui­cide de l’Europe » dans le som­maire du numéro), est de la plume de Bro­nisław Widl­stein, un grand nom du jour­nal­isme en Pologne et aus­si de l’opposition étu­di­ante au régime com­mu­niste à la fin des années 70, exilé en France dans les années 80 et revenu en Pologne en 1989. Wild­stein rap­pelle qu’en invi­tant les immi­grés en sit­u­a­tion irrégulière à venir en Alle­magne, Angela Merkel a vio­lé les traités européens avec le sou­tien de Brux­elles. Wild­stein pose la ques­tion de la survie de l’Europe et reproche aux élites européennes de refuser toute dis­cus­sion sur les impli­ca­tions sociales d’un tel afflux d’immigrants de cul­ture étrangère à la nôtre. Selon les auteurs des deux arti­cles, le prin­ci­pal prob­lème c’est le nihilisme européen et le rel­a­tivisme des habi­tants du con­ti­nent par rap­port à leurs pro­pres normes et valeurs tra­di­tion­nelles, ce qui les rend inca­pables d’imposer leurs modes de con­duite aux nou­veaux arrivants : « Les arrivants com­pren­nent que l’Europe con­tem­po­raine est un lieu où les croy­ances et normes anci­ennes sont mortes. Dans cette sit­u­a­tion, ils se réfèrent à la civil­i­sa­tion qu’ils con­nais­sent, c’est-à-dire la leur. ».

La cou­ver­ture de l’hebdomadaire porte donc un dou­ble sens. Il ne s’agit pas que des vio­ls d’européennes par des immi­grants, mais du viol d’une Europe qua­si-con­sen­tante par le monde islamique. Rien à voir en tout cas avec la pro­pa­gande fas­ciste ou nazie d’avant-guerre. La cou­ver­ture de wSieci reflète la lib­erté de ton et la diver­sité d’opinions de rigueur dans les médias polon­ais. Des médias où la « pen­sée unique européenne », la « bien-pen­sance » et le « poli­tique­ment cor­rect » ne représen­tent qu’un courant par­mi d’autres.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

Nicolas Truong

PORTRAIT — Né en 1967, Nico­las Truong dirige les pages « Idées-Débats » du Monde. Il ne fait guère preuve d’honnêteté idéologique, ni ne fait mys­tère de ses pen­chants intel­lectuels pous­sant très loin à gauche le bou­chon de ses idées.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audi­ences.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision