Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Limite : naissance d’une revue qui fait bouger les lignes

8 septembre 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Limite : naissance d’une revue qui fait bouger les lignes

Limite : naissance d’une revue qui fait bouger les lignes

Dans le ron­ron­nement ordi­naire des idées et les cli­vages dépassés aux­quels on s’accroche par habi­tude, la nou­velle revue Lim­ite fait l’effet d’un coup de ton­nerre, et signe l’arrivée dans l’arène intel­lectuelle d’une généra­tion prête à en découdre avec la fuite en avant économique et l’espoir de salut par la tech­nolo­gie. Il y a de la fraîcheur et de l’insolence dans cette petite bande réu­nie, entre autres, autour d’Eugénie Bastié, Gaulti­er Bès, Mar­i­anne Dura­no, et de son directeur Paul Pic­car­reta, ancien rédac­teur de Causeur, qui entend être « anar­chiste con­tre les puis­sances d’argent », « blas­phé­ma­teur con­tre toutes les idol­es », « bio­con­ser­va­teur con­tre les tran­shu­man­istes » et pro­fesse con­tre la démesure con­tem­po­raine un antilibéral­isme décom­plexé et une écolo­gie rad­i­cale. Téle­sco­page inédit de Jean-Claude Michéa avec l’encyclique éco­lo Lauda­to Si du pape François, cette « revue de com­bat cul­turel et poli­tique d’inspiration chré­ti­enne » part du principe que « tout est lié », les OGM et la GPA, l’homme aug­men­té et le nucléaire, les robots et Notre-Dame des Lan­des… et que c’est une réponse glob­ale qu’il faut apporter à ce monde devenu fou, en passe de se détru­ire. L’écologie de Lim­ite est donc autant envi­ron­nemen­tale que sociale, éthique et poli­tique et la décrois­sance matérielle que la revue pré­conise ne peut s’accompagner que d’un renou­veau spir­ituel rad­i­cal fait de mesure et de sobriété. C’est l’esprit retrou­vé de l’Apollon de Delphes, dont la devise, « Rien de trop », pour­rait être la leur. Et si ce goût retrou­vé pour la Lim­ite était la véri­ta­ble bonne nou­velle du temps présent ?

L’Ojim a posé trois questions à Paul Piccarreta, directeur de Limite :

Pourquoi Limite ?

Con­cer­nant la cri­tique du cap­i­tal­isme, ce qui me frappe depuis plusieurs années, c’est qu’il y a plusieurs « fronts » qui ne se par­lent pas. La Manif pour Tous s’oppose à la GPA et à la manip­u­la­tion du vivant d’un côté ; les « éco­los » s’opposent à la con­struc­tion de l’aéroport de Notre-Dame des Lan­des ou au nucléaire de l’autre mais ces deux con­tes­ta­tions ne réalisent pas qu’elles lut­tent con­tre le même enne­mi : la fuite en avant tech­nologique et sa volon­té de façon­ner le monde selon le seul et unique critère de l’économie avec cette idée qui dans cer­tains milieux fait désor­mais fig­ure d’évidence : ce qui est bon pour l’économie est néces­saire­ment bon pour l’homme. Nous sommes un petit groupe à réfléchir à cette ques­tion depuis longtemps. En créant la revue Lim­ite, nous pré­ten­dons reli­er ces deux con­tes­ta­tions, faire en sorte qu’elles puis­sent se par­ler, se nour­rir l’une de l’autre, qu’elles pren­nent con­science de la pro­fonde unité de leur analyse. C’est, je crois, une démarche intel­lectuelle assez orig­i­nale.

Relier une contestation de gauche et une contestation de droite, n’est-ce pas prendre le risque de fâcher et la gauche et la droite ?

Si, bien sûr ! Nos posi­tions sociales, et notam­ment notre défense de la classe ouvrière, vont prob­a­ble­ment inter­loquer les mil­i­tants de la manif pour Tous ; notre spir­i­tu­al­ité chré­ti­enne indis­posera vraisem­blable­ment les écol­o­gistes matéri­al­istes, sans par­ler de la droite libérale, nationale-libérale ou nation­al­iste qui ne se retrou­vera évidem­ment pas dans nos analy­ses… Mais notre pari, c’est que ces vieux cli­vages ont vécu. Ils n’existent plus désor­mais qu’à cause d’une cer­taine paresse de l’analyse ou sim­ple­ment par la force de l’habitude. Je suis con­va­in­cu qu’ils vont bien­tôt dis­paraître pour être rem­placés par d’autres cli­vages autrement fon­da­men­taux tels ceux qui opposent les libéraux aux antilibéraux ou les « bio-con­ser­va­teurs » aux tran­shu­man­istes. La prochaine grande révo­lu­tion nous promet un quo­ti­di­en de robots. Ces derniers ne seront ni de gauche ni de droite, vous pou­vez me croire !

Limite est-elle une affaire de génération ? Quelles influences vous reconnaissez-vous ?

Il y a cer­taine­ment une ques­tion généra­tionnelle dans cette manière trans-par­ti­sane d’aborder l’écologie inté­grale et dans cette urgence de vouloir sauver ce qui peut encore l’être. La moyenne d’âge des rédac­teurs de la revue est de 25 ans et ces rédac­teurs ne se recon­nais­sent plus en effet dans ces vieux cli­vages suran­nés qu’ils veu­lent con­tribuer à remod­el­er. Ils ont cette lib­erté intel­lectuelle de faire leur miel de pen­sées éti­quetées à droite ou à gauche en ver­tu d’une cohérence qui se situe ailleurs, à un niveau plus fon­da­men­tal.

Quant aux références, elles sont nom­breuses. Citons Jacques Ellul, Bernard Char­bon­neau ou Gün­ther Anders, les philosophes de gauche anti­to­tal­i­taires comme Orwell ou Simone Weil. Mais aus­si Jean-Claude Michéa, et nos deux proches amis Fab­rice Had­jadj (notre par­rain) et Olivi­er Rey. Nous sommes aus­si proches du groupe Pièces et mains d’œuvres (PMO), situé à Greno­ble, œuvrant con­tre le tech­no­cap­i­tal­isme. Et nous lisons aus­si bien Fakir (le jour­nal picard de François Ruf­fin défen­dant la cause ouvrière) que La Décrois­sance de Vin­cent Cheynet. Il y a égale­ment tout le courant du chris­tian­isme social, de Madeleine Del­brêl jusqu’au pape François…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).