Accueil | Actualités | Médias | Le Mexique, hécatombe des journalistes
Pub­lié le 15 février 2014 | Éti­quettes :

Le Mexique, hécatombe des journalistes

Le cadavre d'un journaliste mexicain, Gregorio de la Cruz, 42 ans, a été découvert mardi 11 février au sud-est du Mexique dans une fosse clandestine.

Celui-ci, surnommé « Goyo », avait été enlevé six jours plus tôt, sous les yeux de sa famille, par une organisation criminelle. Ses confrères journalistes s'étaient alors largement mobilisés sur les réseaux sociaux et auprès des autorités pour exiger sa libération, mais leurs efforts auront été vains malgré la mobilisation de plus de 1 000 policiers et l'arrestation de cinq suspects... Les autorités ont conclu au différend personnel. « Elles excluent le mobile professionnel pour occulter les problèmes de protection des journalistes et d'impunité des assassins », a critiqué Ricardo Gonzalez, un des responsables au Mexique d'Article 19, une organisation de défense de la liberté de la presse.

Le mécanisme de protection des journalistes, mis en place en 2012, reste limité. « Sans l'appui de leur rédaction, des journalistes ne font pas appel à lui par

méfiance envers les autorités corrompues », a ajouté M. Gonzalez.

Dans ce pays où 87 journalistes ont été assassinés depuis 2000, la menace des groupes armés, protégés par des autorités locales corrompues, persiste. Sous pression, les journalistes ne peuvent correctement se livrer à leur travail d'information sur ces sujets sensibles sans risquer enlèvements et assassinats. Reporters sans frontières (RSF), dans son classement mondial de la liberté de la presse 2014, place le Mexique au 152e rang sur 180 pays.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This