Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Boston Globe promet un avenir « atroce » en cas de victoire de Trump

12 avril 2016

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Le Boston Globe promet un avenir « atroce » en cas de victoire de Trump

Le Boston Globe promet un avenir « atroce » en cas de victoire de Trump

Dans une fausse couverture publiée au sein de ses pages « Opinions », le Boston Globe imagine ce que seraient les États-Unis si Donald Trump était élu président.

La cou­ver­ture fic­tive, datée du 9 avril 2017, rap­porte ain­si un dis­cours du nou­veau prési­dent à la nation. « Les expul­sions vont com­mencer », prévient-il. Et celles-ci vont même « aller telle­ment vite au point de don­ner le tour­nis ». Aus­si, plus loin, on apprend que « des sol­dats améri­cains refusent l’or­dre d’exé­cuter des familles de mem­bres de l’EI » (sic).

Depuis la tax­a­tion des pro­duits importés de Chine, « le marché s’ef­fon­dre alors qu’une guerre com­mer­ciale est immi­nente ». En résumé, c’est le cat­a­clysme, à tous les niveaux. Dans un édi­to­r­i­al pub­lié juste après, le Boston Globe explique qu’il a voulu mon­tr­er ce que don­nerait, en vrai, la vision « pro­fondé­ment dérangeante » de la poli­tique qui serait appliquée par l’actuel can­di­dat à l’in­vesti­ture du Par­ti Répub­li­cain.

Le jour­nal va même plus loin. À l’in­star de ses con­frères du New York Times (qui a racheté le Boston Globe dans les années 90), du Los Ange­les Times et du Wash­ing­ton Post, il appelle claire­ment les Répub­li­cains à « arrêter Trump », dont la vision serait con­traire aux valeurs essen­tielles de la nation…

Et de con­clure : « Sa vision de l’Amérique promet d’être aus­si atroce dans la vraie vie qu’elle appa­raît en noir et blanc sur cette page. » Sans aucun doute, tous les moyens sont bons pour ten­ter de frein­er celui qui, aujour­d’hui, reste net­te­ment en tête dans la course à l’in­vesti­ture répub­li­caine. Quitte à faire miroi­ter des scé­nar­ios de fin du monde à ses lecteurs…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.