Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Comment Facebook et Google font leur marché et renforcent leur emprise

25 juin 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Comment Facebook et Google font leur marché et renforcent leur emprise

Comment Facebook et Google font leur marché et renforcent leur emprise

25 juin 2018

Les deux géants californiens ont considérablement renforcé leur outils techniques et stratégiques ces dernières années, en particulier à travers des acquisitions ciblées. Le site spécialisé Axios du 19 juin 2018 en a identifié six parmi les plus significatives.

Google et la publicité

  • Dou­bleClick créé en 1996 par deux ingénieurs avec moins de deux mil­lions de dol­lars a été racheté par Google pour 3 mil­liards de dol­lars en 2008. La société est pio­nnière en matière de ciblage de pub­lic­ité numérique. Son pro­gramme DART per­met aux agences et aux sociétés d’améliorer la rentabil­ité de leurs annonces sur internet.
  • AdMob (adver­tis­ing on mobile) est un out­il créé en 2006 pour opti­miser la pub­lic­ité sur télé­phones porta­bles. Google l’a racheté en surenchéris­sant sur Apple en 2010.
  • AdMeld créé en 2007 avec un fonds d’investissement pour 30 mil­lions de dol­lars a été inté­gré par Google pour 400 mil­lions en 2011. La tech­nolo­gie a été cou­plée avec celle de Dou­bleClick pour créer DFP (Dou­bleClick For Pub­lish­ers) qui per­met de voir qui regarde vos offres, qui les achète et pour com­bi­en et offre aux annon­ceurs un ser­vice de pro­tec­tion con­tre la malveil­lance électronique.

Facebook et l’acquisition de données

  • Ona­vo est une société israéli­enne fondée en 2010 et rachetée fin 2013 par Face­book pour une somme restée incon­nue. Une spé­cial­iste juridique de l’OMI (Open Mar­kets Insi­tute) définit la tech­nolo­gie comme une « machine interne à espi­onner ». La tech­nolo­gie per­met à Face­book d’identifier quelles appli­ca­tions sont regardées par l’utilisateur en dehors du réseau social. Face­book peut alors envis­ager d’acheter ces appli­ca­tions ou d’en dévelop­per des concurrentes.
  • Insta­gram a été créée fin 2010 et rachetée dès 2012 par Face­book pour un mil­liard de dol­lars. L’application per­met de partager pho­tos, vidéos avec ses amis, de laiss­er des com­men­taires et même de con­vers­er via une mes­sagerie agis­sant comme un véri­ta­ble réseau social. Insta­gram avait plus de huit cents mil­lions d’utilisateurs en sep­tem­bre 2017 et a sans doute atteint le mil­liard en juin 2018.
  • What­sApp fondé par deux ingénieurs en 2009 est racheté par Face­book pour 19 mil­liards de dol­lars début 2014 (con­tre Google qui avait pro­posé 10 mil­liards). L’application est à la fois vocale et écrite, demande juste un numéro de télé­phone et ne stocke pas les don­nées en théorie. L’application avait plus d’un mil­liard et demi d’utilisateurs men­su­els fin 2017. Lire sur Slate : Ce que Zucker­berg a fait à What­sApp est injustifiable

Les méth­odes de Google et Face­book sont sim­i­laires. Leurs ingénieurs sont assez peu créat­ifs en regard de leur nom­bre et des moyens internes déployés. Ils sur­veil­lent active­ment les nou­velles tech­nolo­gies des jeunes pouss­es et achè­tent ces dernières à prix d’or. Leurs gains faramineux et générale­ment peu ou pas imposés leur per­me­t­tent de surenchérir con­tre tout con­cur­rent qui ne ferait pas par­tie de la bande des 5 des GAFAM.

Mots-clefs : ,

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés