Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Comment Facebook et Google font leur marché et renforcent leur emprise

25 juin 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Comment Facebook et Google font leur marché et renforcent leur emprise

Comment Facebook et Google font leur marché et renforcent leur emprise

25 juin 2018

Temps de lecture : 2 minutes

Les deux géants californiens ont considérablement renforcé leur outils techniques et stratégiques ces dernières années, en particulier à travers des acquisitions ciblées. Le site spécialisé Axios du 19 juin 2018 en a identifié six parmi les plus significatives.

Google et la publicité

  • Dou­bleClick créé en 1996 par deux ingénieurs avec moins de deux mil­lions de dol­lars a été racheté par Google pour 3 mil­liards de dol­lars en 2008. La société est pio­nnière en matière de ciblage de pub­lic­ité numérique. Son pro­gramme DART per­met aux agences et aux sociétés d’améliorer la rentabil­ité de leurs annonces sur internet.
  • AdMob (adver­tis­ing on mobile) est un out­il créé en 2006 pour opti­miser la pub­lic­ité sur télé­phones porta­bles. Google l’a racheté en surenchéris­sant sur Apple en 2010.
  • AdMeld créé en 2007 avec un fonds d’investissement pour 30 mil­lions de dol­lars a été inté­gré par Google pour 400 mil­lions en 2011. La tech­nolo­gie a été cou­plée avec celle de Dou­bleClick pour créer DFP (Dou­bleClick For Pub­lish­ers) qui per­met de voir qui regarde vos offres, qui les achète et pour com­bi­en et offre aux annon­ceurs un ser­vice de pro­tec­tion con­tre la malveil­lance électronique.

Facebook et l’acquisition de données

  • Ona­vo est une société israéli­enne fondée en 2010 et rachetée fin 2013 par Face­book pour une somme restée incon­nue. Une spé­cial­iste juridique de l’OMI (Open Mar­kets Insi­tute) définit la tech­nolo­gie comme une « machine interne à espi­onner ». La tech­nolo­gie per­met à Face­book d’identifier quelles appli­ca­tions sont regardées par l’utilisateur en dehors du réseau social. Face­book peut alors envis­ager d’acheter ces appli­ca­tions ou d’en dévelop­per des concurrentes.
  • Insta­gram a été créée fin 2010 et rachetée dès 2012 par Face­book pour un mil­liard de dol­lars. L’application per­met de partager pho­tos, vidéos avec ses amis, de laiss­er des com­men­taires et même de con­vers­er via une mes­sagerie agis­sant comme un véri­ta­ble réseau social. Insta­gram avait plus de huit cents mil­lions d’utilisateurs en sep­tem­bre 2017 et a sans doute atteint le mil­liard en juin 2018.
  • What­sApp fondé par deux ingénieurs en 2009 est racheté par Face­book pour 19 mil­liards de dol­lars début 2014 (con­tre Google qui avait pro­posé 10 mil­liards). L’application est à la fois vocale et écrite, demande juste un numéro de télé­phone et ne stocke pas les don­nées en théorie. L’application avait plus d’un mil­liard et demi d’utilisateurs men­su­els fin 2017. Lire sur Slate : Ce que Zucker­berg a fait à What­sApp est injustifiable

Les méth­odes de Google et Face­book sont sim­i­laires. Leurs ingénieurs sont assez peu créat­ifs en regard de leur nom­bre et des moyens internes déployés. Ils sur­veil­lent active­ment les nou­velles tech­nolo­gies des jeunes pouss­es et achè­tent ces dernières à prix d’or. Leurs gains faramineux et générale­ment peu ou pas imposés leur per­me­t­tent de surenchérir con­tre tout con­cur­rent qui ne ferait pas par­tie de la bande des 5 des GAFAM.

Mots-clefs : ,

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés