Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Accueil | Veille médias | Censure sur Canal+ : Bolloré débranche Stéphane Lhomme

L’article que vous allez lire est gratuit. Le mois de décembre est le plus important pour nous, celui où nos lecteurs peuvent nous aider par un don avec un reçu fiscal pour 2023 de 66% de leur don. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

27 novembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Censure sur Canal+ : Bolloré débranche Stéphane Lhomme

Censure sur Canal+ : Bolloré débranche Stéphane Lhomme

Temps de lecture : 2 minutes

Le Canard Enchaîné du 25 novembre dernier révèle encore un cas de censure par Vincent Bolloré sur Canal+.

Cette fois, il ne s’ag­it pas de pro­téger ses annon­ceurs mais ses pro­pres intérêts. Bol­loré a en effet refusé de don­ner une tri­bune à Stéphane Lhomme, lequel a déclaré la guerre à ses « Blue Car », à Paris, Bor­deaux et Lyon…

Le doc­u­men­taire en ques­tion, c’est « Éco­los, enne­mis d’État ». Fourni par KM Pro­duc­tions – une société qui dépend de Zodi­ak Media et qui a déjà été pass­able­ment chahutée par Bol­loré. Ce dernier a en effet poussé son fon­da­teur Renaud le Van Kim vers la sor­tie en échange du main­tien de con­trats de pro­duc­tion de Canal+ dont KM est très dépen­dante. Le doc­u­men­taire devait être pro­gram­mé dans « Spé­cial Inves­ti­ga­tion » le 30 novem­bre et inclure le témoignage de Stéphane l’Homme, un mil­i­tant anti­nu­cléaire espi­onné sous Sarkozy par EDF, les RG et la DST.

Après l’in­ter­ven­tion de Bol­loré, exit Stéphane Lhomme ! Il faut dire que le fon­da­teur et salarié de l’Ob­ser­va­toire du Nucléaire, est par­ti en guerre con­tre les entre­pris­es qui fab­riquent des voitures élec­triques en s’at­taquant notam­ment à la répu­ta­tion « écologique » des­dites voitures. Il n’hésite pas à débranch­er les voitures élec­triques de Bol­loré à Paris et a porté plainte con­tre l’équiv­a­lent d’Au­tolib à Bor­deaux.

La rai­son ? Bol­loré n’a pas retiré les men­tions se rap­por­tant au car­ac­tère « écologique » de ses voitures, même après l’avis ren­du le 26 juin 2014 par le jury de déon­tolo­gie pub­lic­i­taire saisi con­tre les dis­posi­tifs d’au­to-partage du groupe Bol­loré, Autolib à Paris et Blue­ly à Lyon, par l’as­so­ci­a­tion de Stéphane Lhomme. Le con­flit entre le mil­i­tant écol­o­giste et l’en­tre­pre­neur bre­ton con­tin­ue à ce jour. Résul­tat des cours­es : pour son opiniâtreté et son crime de lèse-majesté, Bol­loré a décidé de court-cir­cuiter Lhomme sur sa chaîne.

Crédit pho­to : Bref Rhône Alpes via Youtube (juin 2013) — Autopartage : Vin­cent Bol­loré présente la Blue­ly à Lyon