Accueil | Actualités | Médias | Têtu ne passera probablement pas l’été
Pub­lié le 15 juillet 2015 | Éti­quettes :

Têtu ne passera probablement pas l’été

Placé en redressement judiciaire le 1er juin dernier, Têtu serait au bord de la liquidation.

S'il bénéficiait d'une période d'observation de 4 mois, le titre gay rencontre (à l'instar des autres titres du secteur) de telles difficultés que sa disparition pourrait survenir plus vite que prévu. D'après Le Monde, « une demande de conversion du redressement en liquidation judiciaire a été établie et l’audience au tribunal de commerce a été fixée au 23 juillet ».

Il faut dire, comme l'a rappelé le rédacteur en chef adjoint Sylvain Zimmermann, que le modèle économique du titre se limite au mécénat. Mais à l'heure où Pierre Bergé n'est plus là pour éponger les pertes chroniques, la survie n'est plus garantie et n'intéresse pas les investisseurs.

Après 20 ans d'existence, le magazine phare de la presse homosexuelle pourrait donc disparaître rapidement. En attendant, la préparation du prochain numéro a été suspendue. Il n'est pas impossible que celui-ci ne voie jamais le jour.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

22% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 445,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux