Accueil | Actualités | Médias | Têtu ne passera probablement pas l’été
Pub­lié le 15 juillet 2015 | Éti­quettes :

Têtu ne passera probablement pas l’été

Placé en redressement judiciaire le 1er juin dernier, Têtu serait au bord de la liquidation.

S'il bénéficiait d'une période d'observation de 4 mois, le titre gay rencontre (à l'instar des autres titres du secteur) de telles difficultés que sa disparition pourrait survenir plus vite que prévu. D'après Le Monde, « une demande de conversion du redressement en liquidation judiciaire a été établie et l’audience au tribunal de commerce a été fixée au 23 juillet ».

Il faut dire, comme l'a rappelé le rédacteur en chef adjoint Sylvain Zimmermann, que le modèle économique du titre se limite au mécénat. Mais à l'heure où Pierre Bergé n'est plus là pour éponger les pertes chroniques, la survie n'est plus garantie et n'intéresse pas les investisseurs.

Après 20 ans d'existence, le magazine phare de la presse homosexuelle pourrait donc disparaître rapidement. En attendant, la préparation du prochain numéro a été suspendue. Il n'est pas impossible que celui-ci ne voie jamais le jour.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This