Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand le journalisme rencontre le marketing et crée un nouveau monstre : « le brand-journalisme »

10 juillet 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Quand le journalisme rencontre le marketing et crée un nouveau monstre : « le brand-journalisme »

Quand le journalisme rencontre le marketing et crée un nouveau monstre : « le brand-journalisme »

Quand une agence de communication propose de mélanger les genres entre journalisme et marketing, il est difficile de ne pas se poser de questions. Surtout si dès la page 2 – d’un livre blanc qui en compte quinze – l’auteur trouve « naturel que les marques deviennent des médias » et affirme que « les journalistes sont les metteurs en scène » de l’information véhiculée par les marques. Sans qu’ils aient à se pencher sur le discours fourni ? Vérifier, recouper, poser des questions ? Enfin tous ces vieux trucs qui font le journaliste dans l’imaginaire du grand public…

« Le brand jour­nal­isme, c’est don­ner des infor­ma­tions, prob­lé­ma­tis­er, con­seiller, inter­peller, faire rêver », est-il écrit dans ce livre blanc. Et ce, sans remet­tre en cause le dis­cours de la mar­que, ni les infor­ma­tions qu’elles dif­fusent, puisque le but est « d’ap­porter une valeur ajoutée au busi­ness d’une société, que ce soit sur la prospec­tion ou la fidéli­sa­tion ». Selon la déf­i­ni­tion pro­posée en page 5, il ne peut ain­si « être con­sid­éré comme indépen­dant et objec­tif ».

Cette notion de brand-jour­nal­isme a été inven­tée en 2004 par Lar­ry Light, ancien directeur mar­ket­ing de Mc Don­ald’s. C’est dire. Dans un solide exer­ci­ce de sto­ry­telling digne de la com post­mod­erne (dont le but est d’an­cr­er un con­cept neuf dans une his­toire anci­enne qui si pos­si­ble soit proche du grand pub­lic), l’a­gence Morse, auteur du livre blanc, fait remon­ter ce brand-jour­nal­isme aux recettes de Jel­lo (1903) et au guide rouge Miche­lin (1900).

Pour­tant, s’il assume bien ses visées pub­lic­i­taires, le brand-jour­nal­isme ver­sion agence Morse peut et même doit repren­dre les codes des médias, non plus dans le but d’informer mais pour « « créer un attache­ment à la mar­que ».

Cette prox­im­ité qui pose ques­tion est totale­ment assumée : « une des grandes ver­tus du jour­nal­isme est de réduire l’in­cer­ti­tude des citoyens (…) avec le brand jour­nal­isme, c’est un peu la même chose. Les mar­ques pro­duisent un con­tenu infor­matif ou pra­tique pour ori­en­ter, expli­quer, ras­sur­er, engager. Elles réduisent l’in­cer­ti­tude des con­som­ma­teurs. Et réduire l’in­cer­ti­tude, c’est déjà créer les con­di­tions de l’en­gage­ment ! » D’ailleurs, pour ceux qui auraient encore un doute sur cette prox­im­ité voulue entre la com et le jour­nal­isme, la page 12 du livre blanc invite les com­mu­ni­cants à « se com­porter comme un média » en imag­i­nant « une ligne édi­to­ri­ale » par exem­ple et les « for­mats des arti­cles ».

La méth­ode est enseignée ailleurs que dans les agences de com, par exem­ple dans cer­taines écoles de com­merce. Le principe est sim­ple : « les mar­ques se font médias, en reprenant les codes du jour­nal­isme », explique ain­si Lise, anci­enne étu­di­ante de l’é­cole qui tra­vaille main­tenant pour un géant de l’in­dus­trie ali­men­taire française. Le mobile est sim­ple : « les con­som­ma­teurs ne sont plus récep­tifs aux méth­odes de com­mu­ni­ca­tion habituelles : ils achè­tent de moins en moins la presse où l’on se paie des pages de pub, zap­pent les séquences pub à la télé et la radio, jet­tent les mails pub­lic­i­taires direct à la cor­beille sans les regarder, met­tent des auto­col­lants stop pub sur leurs boîtes à let­tre, ne regar­dent pas les pubs en ligne » (plus de la moitié d’en­tre elles ne seraient pas vues). Les con­som­ma­teurs « sont net­te­ment plus méfi­ants par rap­port aux dis­cours pub­lic­i­taires des mar­ques. En revanche, un média qui leur apporte de l’in­fo, là ils accrochent ».

Comme d’autres ini­tia­tives de com à l’in­star des pub­li-reportages pas tou­jours sig­nalés au grand dam des lecteurs ou des rédac­tions, le brand-jour­nal­isme con­tribue à flouter un peu plus les fron­tières entre com­mu­ni­ca­tion et jour­nal­isme. Au risque de semer la con­fu­sion dans l’e­sprit des lecteurs et de saper un peu plus la rela­tion de con­fi­ance déjà large­ment en dan­ger entre Français et médias. D’au­tant plus que nom­bre de jour­nal­istes quit­tent un méti­er en crise pro­fonde, abon­né aux plans de restruc­tura­tions et aux blocages statu­taires nom­breux, pour ren­forcer les rangs des com­mu­ni­cants plus libres et mieux payés. Aux États-Unis, la ten­dance est déjà très claire­ment amor­cée mais la France n’en est pas exempte, bien que les sta­tis­tiques fassent défaut. Un élé­ment tout sauf anodin a été souligné par un ouvrage récent : les com­mu­ni­cants ont d’ores et déjà fait bas­culer le rap­port de force avec les jour­nal­istes en leur faveur et le brand-jour­nal­isme va encore plus loin dans ce sens.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.