Accueil | Actualités | Médias | Quand certains journalistes rêvent de devenir flics
Pub­lié le 23 mai 2016 | Éti­quettes :

Quand certains journalistes rêvent de devenir flics

Il y a des vocations ratées. Certains se retrouvent dans le domaine de l’information (ou plutôt ce qu’ils croient être de l’information même s’ils sont la plupart du temps dans le formatage) alors qu’ils ont en eux une vocation rentrée d’enquêteur, de dénonciateur et rêvent de maintien de l’ordre. Démonstration.

C’est une tribune de France 3 Nord Pas de Calais du 9 mai dernier. Pas la tribune d’un homme politique, d’un syndicat ou d’une association, non, une tribune de la rédaction. On pourrait imaginer une tribune pour défendre la liberté d’expression mise à mal par les lois mémorielles liberticides. Ou un tribune pour protéger les sources des journalistes. Non, c’est une tribune appelant à la répression contre les internautes qui postent des commentaires incorrects sur le site régional de France 3… Des internautes se réjouissant de la disparition d’un migrant, par exemple. Chacun jugera ces commentaires comme il l’entend mais il est, disons, étonnant, de lire des journalistes (sic) qui prétendent remplacer la police et pourquoi pas les magistrats. Comme le souligne Libération avec ferveur « Au sein des rédactions concernées certains journalistes pensent donc qu’il faudrait porter plainte pour aller au bout des choses » (c’est nous qui soulignons).

La rédaction (ou une partie de celle-ci) appelle ainsi Facebook à « trouver avec les médias une solution efficace pour bannir de son réseau les personnes capables d’écrire quotidiennement sous divers pseudonymes des commentaires stupides ou haineux ». Diantre ! Éliminer la stupidité humaine voilà une noble tâche pour les rédacteurs de France 3 ! Mais la question qui se pose immédiatement est évidemment de savoir qui sera l’arbitre des élégances, qui triera le bon commentaire intelligent pour le préserver du vilain commentaire haineux ? Un Fouquier-Tinville du Nord ou un Andreï Vichinsky du Pas-de-Calais ?

Le plus inconséquent dans cette tribune qui révèle surtout une cécité devant les désespoirs induits par l’invasion migratoire, c’est quelques lignes plus loin un appel à… la liberté de dialoguer sur Facebook, car il faut « préserver Facebook comme un lieu de débat intéressant, enrichissant et qui permet à chacun d’exprimer son point de vue… mais il y a des limites » (c’est nous qui soulignons). Des limites que les petits flics de France 3 Nord Pas de Calais se verraient bien chargés de faire respecter. Journalistes ? Peut-on leur suggérer de changer de métier ?

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This