Accueil | Actualité de l'Ojim | L’Unita toujours en panne
Pub­lié le 20 août 2014 | Éti­quettes :

L’Unita toujours en panne

Après la mise en liquidation judiciaire de sa société éditrice (EN), L’Unita fondée il y a 90 ans par Antonio Gramsci est toujours en panne.

Le dernier numéro en date du 31 juillet titrait « Ceci n’est pas le dernier numéro ». Mais l’actionnaire majoritaire de EN Matteo Fago a fait une offre de reprise en location gérance qui a été rejetée par les autres actionnaires. Les journalistes qui ne sont plus payés depuis trois mois sont maintenant en « Cassa integrazione », une sorte de Pôle Emploi italien, avant de savoir si le journal reparaîtra un jour.

Si le premier ministre Matteo Renzi n’a pas été avare de bonnes paroles (« Il faut préserver la marque et les travailleurs ») il n’a pas mis d’argent sur la table à un moment où l’économie italienne s’enfonce durablement dans la récession. Tout aussi inquiétant, la place de « journal critique » semble être occupée par le « Fatto Quotidiano , sous forme de coopérative, plutôt favorable au mouvement 5 étoiles et moins sujet aux crises qui ont régulièrement agité le Parti Démocratique (PD héritier de l’ex PCI et des démocrates chrétiens de gauche) et l’Unita qui, volens nolens, en subissait les querelles et les vicissitudes.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.