Accueil | Actualité de l'Ojim | L’Unita toujours en panne
Pub­lié le 20 août 2014 | Éti­quettes :

L’Unita toujours en panne

Après la mise en liquidation judiciaire de sa société éditrice (EN), L’Unita fondée il y a 90 ans par Antonio Gramsci est toujours en panne.

Le dernier numéro en date du 31 juillet titrait « Ceci n’est pas le dernier numéro ». Mais l’actionnaire majoritaire de EN Matteo Fago a fait une offre de reprise en location gérance qui a été rejetée par les autres actionnaires. Les journalistes qui ne sont plus payés depuis trois mois sont maintenant en « Cassa integrazione », une sorte de Pôle Emploi italien, avant de savoir si le journal reparaîtra un jour.

Si le premier ministre Matteo Renzi n’a pas été avare de bonnes paroles (« Il faut préserver la marque et les travailleurs ») il n’a pas mis d’argent sur la table à un moment où l’économie italienne s’enfonce durablement dans la récession. Tout aussi inquiétant, la place de « journal critique » semble être occupée par le « Fatto Quotidiano , sous forme de coopérative, plutôt favorable au mouvement 5 étoiles et moins sujet aux crises qui ont régulièrement agité le Parti Démocratique (PD héritier de l’ex PCI et des démocrates chrétiens de gauche) et l’Unita qui, volens nolens, en subissait les querelles et les vicissitudes.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This