Accueil | Actualités | Médias | L’Amérique Latine, tombeau des journalistes
Pub­lié le 27 novembre 2012 | Éti­quettes :

L’Amérique Latine, tombeau des journalistes

Si, depuis le début de l’année, 119 journalistes ont été tués dans le monde, une grande partie peut être imputée à l’Amérique Latine.

En effet, selon un rapport rédigé par IFEX-ALC, un réseau d'organisations de défense de la liberté de la presse basé au Guatemala, 74 journalistes y ont trouvé la mort ces trois dernières années. Le décompte morbide place le Mexique en tête avec 25 tués, suivi de près par le Honduras (24 tués). Et les autres ne sont pas en reste : 9 au Brésil, 7 en Équateur, 3 au Pérou, 3 en Colombie, 2 au Guatemala et 1 en Argentine.

Selon Ciudad Guatemala Pedro Vaca, membre du réseau à l’origine de ce rapport, la présence du crime organisé, l'intolérance de certains pouvoirs publics, ainsi que la violence sexuelle seraient en cause. « On doit garantir le libre exercice du journalisme dans des environnements menaçants et mettre en place des mesures de protection de pair avec des politiques de justice » a-t-il commenté. Ce dernier souhaite « en finir avec la culture de l'impunité et (…) prendre au sérieux le droit à la justice. Le but [du rapport, NDLR] est de promouvoir une réflexion dans les États, dans l'espoir que ces éléments se traduisent par des actions ».

Rappelons enfin que, selon l’ONG, aucun de ces 74 meurtres n’a été élucidé…

Crédit photo : Monterey Nightview via Wikimédia

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux