Accueil | Actualités | Médias | La télévision espagnole dénonce la « censure » du gouvernement
Pub­lié le 26 mai 2016 | Éti­quettes :

La télévision espagnole dénonce la « censure » du gouvernement

Mardi, des journalistes de la télévision publique espagnole ont dénoncé la « censure » et la « manipulation » des médias par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy.

Réunis en comité, certains journalistes désirent ainsi « faire savoir aux citoyens que les travailleurs et travailleuses de la Radio-Télévision publique espagnole (RTVE) pourraient faire bien mieux, mais en sont empêchés ».

Ces derniers « regrettent la partialité des informations de RTVE, toujours favorables à un parti et cherchant à museler les manifestations sociales et citoyennes ». Un phénomène qui irait en s'amplifiant. Au début du mois, deux volets d'une émission sur l'écologie qui donnaient la parole à des ONG sont passés à la trappe. Aussi, les journalistes regrettent que, désormais, « RTVE n’est plus la référence en termes de grands événements informatifs et spécialement en matière de processus électoraux ».

En 2012 déjà, les journalistes espagnols s'étaient inquiétés de la modification, par le Congrès - où le Parti populaire (PP) est majoritaire -, des règles d'élection du directeur de la Corporation de radio et télévision espagnoles. Auparavant, les règles imposaient son élection par les deux tiers des députés.

Désormais, une majorité simple suffit au second tour. Une modification qui a néanmoins servi à contourner le blocage – les parlementaires n'ayant pas réussi, en un an, à s'entendre sur l'identité du directeur. Aujourd'hui, c'est José Antonio Sanchez, proche du PP, qui dirige le groupe.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This