Veille médias

Italie, les limites de la liberté d’expression testées par le général Roberto Vannacci

Son sort rappelle un peu celui de notre général de gendarmerie Bertrand Soubelet, sanctionné et poussé vers la sortie après la publication de son livre « Tout ce qu’il ne faut pas dire » en 2016. À cette différence près que le général italien Roberto Vannacci ne se livre pas, au contraire de ce qu’avait fait le général français Bertrand Soubelet, à une critique des politiques menées par les autorités de son pays.