Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Charlie Hebdo, première « entreprise solidaire de presse »

21 juillet 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Charlie Hebdo, première « entreprise solidaire de presse »

Charlie Hebdo, première « entreprise solidaire de presse »

Grâce à la loi votée le 17 avril dernier à la suite des attaques terroristes du 7 janvier, Charlie Hebdo est devenu la première « entreprise solidaire de presse », a annoncé Riss, dessinateur et directeur de l’hebdomadaire.

Ce statut, qui impose au jour­nal de réin­ve­stir 70 % de ses béné­fices annuels dans l’en­tre­prise, aura de quoi ras­sur­er la rédac­tion, divisée depuis plusieurs mois au sujet de l’u­til­i­sa­tion des mil­lions d’eu­ros de dons reçus après les attaques. Pour Riss, qui détient 70 % du cap­i­tal (les 30 autres sont détenus par Éric Portheault, le directeur financier), ce change­ment impli­quera égale­ment une redéf­i­ni­tion de l’actionnariat.

Le statut d’en­tre­prise sol­idaire inter­di­ra toute prise de par­tic­i­pa­tion par un tiers ne faisant pas par­tie des col­lab­o­ra­teurs de Char­lie Heb­do. Pour autant, il n’est pas ques­tion de voir tous les rédac­teurs devenir action­naires. « Être rédac­teur est une chose, être action­naire en est une autre. Le vrai enjeu est de con­solid­er le jour­nal, de trou­ver de nou­veaux dessi­na­teurs avec l’esprit Char­lie Heb­do et un ton orig­i­nal pour recréer un tra­vail col­lec­tif, une bande, une ambiance. », a estimé Riss.

Désor­mais, le véri­ta­ble enjeu con­cerne surtout la sécu­rité. « Avec 100 000 exem­plaires ven­dus et 210 000 abon­nés, le jour­nal vend suff­isam­ment pour avoir une tré­sorerie pos­i­tive, mais nous allons avoir de nou­veaux coûts de sécu­rité », a expliqué le directeur de l’heb­do­madaire satirique, qui va démé­nag­er dans de nou­veaux locaux en octobre.

Et Riss de con­clure : « Quand nous ven­dions moins, nous étions plus tran­quilles. Main­tenant tout le monde nous regarde, tant de gens atten­dent de nous un rôle, et tout peut tou­jours se repro­duire. Mais nous ne pou­vons pas aban­don­ner ce jour­nal. S’il s’arrêtait, ce serait une cat­a­stro­phe pour la démocratie. »

Quant à savoir ce que sig­ni­fie le mot « démoc­ra­tie » dans la bouche d’un jour­nal qui, en 1996, lançait une péti­tion pour faire inter­dire le Front Nation­al, c’est une autre histoire…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.