Accueil | Actualités | Médias | Une chaîne iranienne accuse la Turquie du meurtre d’une journaliste
Pub­lié le 2 novembre 2014 | Éti­quettes : ,

Une chaîne iranienne accuse la Turquie du meurtre d’une journaliste

Dimanche dernier, Serena Shim, une journaliste américano-libanaise de la chaîne iranienne anglophone Press TV, a été tuée dans un accident de la route en Turquie.

Elle couvrait depuis la Turquie les combats entre Kurdes syriens et djihadistes dans la ville-frontière de Kobané. Alors qu'elle quittait la localité de Suruc, qui accueille des milliers de réfugiés, un poids lourd a violemment percuté sa voiture, tuant la journaliste sur le coup. Son cameraman, Judi July, a été blessé mais a survécu à l'accident.

Le drame aurait pu en rester là si la chaîne qui l'employait, Press TV, n'avait émis des doutes sur l'accident. Selon Al-Manar, la chaîne du Hezbollah, Press TV aurait diffusé un message télévisé de Serena Shim où elle exprimait, peu avant sa mort, sa crainte d'être arrêtée par les services de renseignements turcs.

Considérée comme une « espionne » par la Turquie, la journaliste accusait en retour le gouvernement d’Ankara d'entretenir des liens avec l'État islamique. Elle prétendait détenir des images de miliciens traversant la frontière turco-syrienne dissimulés dans des camions d'aide internationale. Certains, comme Rodney Martin de l’American Nationalist Association, accusent carrément la CIA de l’avoir éliminé pour préserver les intérêts turcs.

Quant au directeur des informations de Press TV, Hamid Reza Emadi, il a déclaré que « le gouvernement turc doit être tenu responsable devant la communauté internationale. Il faut savoir exactement ce qui s'est passé. »

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This