Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
[Rediffusion] Polémiques sur le burkini : les réactions en Allemagne
Publié le 

25 septembre 2016

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | [Rediffusion] Polémiques sur le burkini : les réactions en Allemagne

[Rediffusion] Polémiques sur le burkini : les réactions en Allemagne

Le burkini a fait les gros titres de la presse de cet été. En France bien sûr, mais aussi à l’étranger. On a ainsi pu lire à plusieurs reprises dans certains quotidiens français, notamment dans Libération et dans Le Monde, que la presse étrangère ne « comprenait pas le débat français » ou bien qu’elle était « choquée par les arrêtés anti-burkini ». Sans nuance aucune.

On ne peut ici qu’une fois de plus con­stater la forte ten­dance des jour­nal­istes français à ne pas enquêter, à ne pas exam­in­er tous les aspects con­tra­dic­toires d’un sujet, à ne pas informer exhaus­tive­ment avant de for­muler une syn­thèse. La presse française n’informe pas, elle pre­scrit. La majorité de la presse française n’est pas la presse d’un pays démoc­ra­tique.

Il va sans dire que les jour­naux anglo-sax­ons, par exem­ple, reflè­tent surtout l’attachement fon­da­men­tal à la lib­erté de culte et d’expression, l’une et l’autre forte­ment restreintes en France… Le monde anglo-sax­on ne con­naît rien à la cul­ture de la laïc­ité. Il eût été judi­cieux d’analyser les caus­es de ces atti­tudes, certes piégées dans le fameux « para­doxe de la tolérance » de Karl Pop­per, mais très dif­férentes des pos­tures français­es. Les jour­naux espag­nols cités sont quant à eux des jour­naux de gauche, de plus en plus gag­nés par un cer­tain islamo-gauchisme. Leur posi­tion est donc com­pa­ra­ble sur le fond à celle de Libéra­tion et du Monde. On aurait trou­vé égale­ment des sons de cloches très dif­férents au Québec.

Il ressort de ce préam­bule qu’il est par­faite­ment faux de dire que la presse étrangère ne com­pre­nait pas – glob­ale­ment – le débat français sur le burki­ni. La réal­ité est que le burki­ni a sus­cité des débats dans toute l’Europe, débats dont la teneur a pu se rap­procher, mais aus­si se dif­férenci­er forte­ment des débats français. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les opin­ions sont aus­si partagées qu’en France.

Exam­inons le cas de l’Allemagne, comme en France, le burki­ni a fait une appari­tion mas­sive dans les piscines, au bord des lacs et même des plages des mers du Bord et Bal­tique, illus­trant claire­ment le car­ac­tère glob­al de cette offen­sive islamiste cul­turelle :

  • comme en France, les atti­tudes des autorités locales ont été forte­ment con­trastées : cer­taines ont lais­sé faire, mais d’autres ont pro­mul­gué à leur tour des arrêtés anti-burki­ni,
  • comme en France enfin, les débats ont été vifs dans la presse et les médias soci­aux.

Plusieurs arrêtés anti-burki­ni dans les piscines alle­man­des, surtout en Bav­ière et à l’Est

La réal­ité est que de nom­breuses piscines alle­man­des ont pro­mul­gué, sous leur pro­pre respon­s­abil­ité ou à tra­vers les déci­sions de respon­s­ables poli­tiques locaux, des arrêtés anti-burki­ni de teneur sim­i­laire à ce qu’on a pu voir en France. Mais ce qui est frap­pant à ce niveau, c’est le fort con­traste qui existe entre les dif­férentes régions.

La Bav­ière s’est par exem­ple large­ment pronon­cée en faveur de la pro­hi­bi­tion du burki­ni dans les piscines publiques. L’interdiction pronon­cée à Neu­traubling, dans le Haut-Palati­nat (nord de la Bav­ière), a ain­si mis cette pais­i­ble petite ville près de Ratis­bonne sur le devant de la scène à l’instar de Cannes en France. Elle a fait tache d’huile. Les régions du sud (Bade-Wurtem­berg, Palati­nat…) se sont générale­ment alignées sur l’exemple bavarois. L’idyllique cité de Con­stance au bord du lac du même nom a égale­ment fait par­ler d’elle du fait des procé­dures judi­ci­aires inten­tées par les organ­i­sa­tions pro-dji­had cul­turel.

L’Est de l’Allemagne ne veut lui non plus rien enten­dre du burki­ni. Cette par­tie de l’Allemagne a cela de par­ti­c­uli­er qu’elle pos­sède en effet une forte cul­ture du natur­isme (FKK = Freikör­perkul­tur). Née dès les années 20, cette pra­tique n’a cessé de se ren­forcer sous un nation­al-social­isme soucieux de pro­mou­voir la cul­ture du corps, et plus tard sous la dic­tature com­mu­niste. Elle est ain­si ren­trée intacte de plein pied dans la nou­velle Alle­magne réu­nifiée, alors qu’elle avait forte­ment décliné à l’ouest après la guerre. C’est ain­si que de nom­breuses piscines du Bran­de­bourg, du Meck­lem­bourg-Poméranie et de Saxe, de Saxe-Anhalt ou de Thuringe ont à leur tour ban­ni le burki­ni. Alors que le nud­isme est autorisé en de nom­breux endroits. Il est vrai par ailleurs qu’à part Berlin, le taux d’immigrés dans la pop­u­la­tion est ici moin­dre qu’à l’ouest – et on se sou­vient aus­si que la pop­u­la­tion est forte­ment hos­tile à l’immigration afro-musul­mane, et que PEGIDA et l’AfD font un tabac dans cette par­tie de l’Allemagne. Or juste­ment, des inci­dents ont été sig­nalés aux ther­mes de Berlin. Des femmes voilées, choquées par la résis­tance au dji­had cul­turel ren­con­trée à Bad Saarow (Bran­den­burg), ont eu une belle occa­sion de se pos­er en vic­times en déclarant, le 22 août 2016 au Han­nover­sche All­ge­meine Zeitung , qu’elles « se sen­taient dis­crim­inées ». Des plaintes clas­siques pour « racisme », « injures » etc. ont été déposées.

La sit­u­a­tion est bien dif­férente, par exem­ple, en Rhé­nanie du Nord-West­phalie. À Ober­hausen par exem­ple, le directeur général de l’office des piscines munic­i­pales OGM, Hart­mut Schmidt, a déclaré au West­deutsche All­ge­meine Zeitung s’être « décidé en faveur de la tolérance ». Dort­mund a préféré par con­tre ban­nir le burki­ni de ses piscines munic­i­pales.

Con­clu­sion : on ne peut qu’être frap­pé à nou­veau par les cli­vages régionaux que sus­cite la ques­tion de l’islam en général en Alle­magne – le burki­ni n’étant qu’un aspect par­mi bien d’autres. Les régions issues de l’ex-RDA y sont farouche­ment hos­tiles, à l’instar des pays d’Europe Cen­trale, et rejet­tent bien plus forte­ment le poli­tique­ment cor­rect qui s’est imposé à l’ouest. Mais égale­ment les régions du sud, à forte iden­tité bavaroise et aus­si alé­manique, ont plutôt mal accueil­li le burki­ni. Le rejet alé­manique a d’ailleurs fort logique­ment trou­vé un écho dans la Suisse alé­manique toute proche : sig­nalons le cas de Bâle, excédée par les débor­de­ments des musul­mans venus de l’Alsace toute proche. Les régions de l’ouest en revanche, sans forte iden­tité depuis l’exode rur­al mas­sif de l’époque indus­trielle et à fort taux d’immigration – et par­tant d’électeurs musul­mans, notam­ment ger­mano-turcs – ont adop­té des atti­tudes plus con­trastées et par­tant sou­vent plus « tolérantes ».

Un débat tout aussi faussé qu’en France, mais dans des termes très différents du débat français : pas de laïcité ni de « valeurs de la République »… c’est l’hygiène qui justifie les prohibitions… mais le public n’est pas dupe.

L’Allemagne est un pays démoc­ra­tique. Il n’existe aucune base légale pour inter­dire ou pre­scrire légale­ment un vête­ment quel­conque aux citoyens. Il a donc fal­lu trou­ver autre chose pour jus­ti­fi­er les inter­dits. L’Allemagne n’est par ailleurs pas un pays laïc. Elle recon­naît cer­tains cultes, au nom desquels d’ailleurs l’État prélève une dime qu’il reverse aux dif­férents cultes recon­nus. Il n’y a d’ailleurs pra­tique­ment pas de mot alle­mand pour dire « laïc­ité » et l’équivalent du mot français n’est jamais util­isé et pra­tique­ment incom­pris. Il est vrai que la laïc­ité à la française cache en réal­ité la déi­fi­ca­tion d’un État théocra­tique. Rien de tel en Alle­magne, pas plus que de « valeurs de la République » cen­sées sup­planter la volon­té pop­u­laire, et donc la démoc­ra­tie.

Mais l’Allemagne est très à cheval sur la pro­preté. C’est ain­si que les longs shorts, fort en vogue out­re-Atlan­tique, ont été pro­hibés dans ce pays pour des raisons d’hygiène. C’est donc cette inter­dic­tion qui a servi de jurispru­dence pour les arrêtés anti-burki­ni.

C’est ce que reflè­tent aus­si les arti­cles pub­liés dans la presse nationale et régionale. Partout, les vraies ques­tions ont été soigneuse­ment évitées. Nul n’ignore que l’argument « de l’hygiène » n’est qu’un par­avent visant à soigneuse­ment éviter les ques­tions de fond. En Alle­magne comme en France, le poli­tique­ment cor­rect a tué la réal­ité de la lib­erté d’expression dans de nom­breux domaines.

Comme en France, on a vu des « intel­lectuels » turcs, comme le chercheur spé­cial­iste des ques­tions des migra­tions Özkan Ezli, déclar­er sans rire au quo­ti­di­en Die Welt  le 22 juil­let dernier que le burki­ni, ce sym­bole d’apartheid car­ac­téris­tique d’un islam géné­tique­ment por­teur d’une idéolo­gie du pur et de l’impur séparant musul­mans et infidèles au même titre que le voile ou le halal, était « un vête­ment ambiva­lent posi­tif » qui per­me­t­tait aux femmes musul­manes de « s’intégrer sociale­ment ». L’intégration par la sépa­ra­tion, voilà un beau con­cept à ajouter à la longue liste des ter­mes tech­niques orwelliens.

Partout donc, le monde politique et médiatique a soigneusement occulté le problème latent de la cohabitation, dans un même pays, de populations aux valeurs radicalement opposées.

Pour­tant, ce qui est occulté par les autorités soucieuses d’éviter tout débat sur la paix civile, le car­ac­tère idéologique irréal­iste de la non-poli­tique migra­toire et les men­songes éhon­tés de l’idéologie d’État depuis des décen­nies, ne trompe plus guère l’opinion publique. Il est en effet intéres­sant de lire les mul­ti­ples com­men­taires des lecteurs, qui mon­trent les pas­sions, les inquié­tudes et les pris­es de con­science de l’ampleur des prob­lèmes qu’a déclenché l’offensive du burki­ni. Les Alle­mands de base sont de plus en plus con­scients que la ques­tion du burki­ni n’a rien à voir avec l’hygiène, mais avec les valeurs fon­da­men­tales de l’égalité hommes-femmes (que nie le burki­ni), de l’unité de la société (que nie le burki­ni) et au-delà de la com­pat­i­bil­ité de l’islam et de son idéolo­gie du pur et de l’impur séparant musul­mans et infidèles avec les valeurs mul­ti­sécu­laires d’une Alle­magne de cul­ture chré­ti­enne, et donc majori­taire­ment « infidèle ».

Dans tous les cas, cette sépa­ra­tion abyssale entre les élites et le peu­ple est par­faite­ment illus­trée par ce sondage réal­isé par l’Hildesheimer All­ge­meine Zeitung le 18 août dernier :

Ques­tion : que pensez-vous de l’interdiction du burki­ni dans les piscines ?
Répons­es :           1 019

Je suis pour :      62,5%
Je suis con­tre :  32,5%
Ça m’est égal :     5,0%

Quant au maire de Neu­traubling, Heinz Kiech­le, il a déclaré au quo­ti­di­en Die Welt, le 11 juin, avoir été inondé de mes­sages de sou­tien de sa déci­sion d’interdiction, à des années-lumière des débats du monde poli­tique et médi­a­tique.

Sources

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision