Accueil | Actualités | Médias | L’Ojim soutient Club Sandwich et son numéro sur l’œuf
Pub­lié le 1 avril 2017 | Éti­quettes :

L’Ojim soutient Club Sandwich et son numéro sur l’œuf

L’Ojim est toujours heureux de saluer la naissance d’un nouveau média, en particulier un média papier de qualité. Le magazine annuel Club Sandwich va faire parler de lui dans les mois et les années à venir. Dirigé d’une main de maître par la jeune et talentueuse artiste Anna Broujean (à la fois photographe, écrivain et plasticienne) la revue a pour ambition de présenter un aliment sous tous ses aspects, matériels, culturels, anthropologiques, politiques, artistiques etc.

Le premier numéro très riche comporte plus de 160 pages largement illustrées sur le riche thème de l’œuf. L’œuf dans tous ses états en somme. Au hasard du sommaire remarquons la grossesse expliquée par les œufs, les œufs de Fabergé, l’œuf en bande dessinée, l’art d’aspreter les œufs au Moyen Age, comment passer un œuf kinder en contrebande, comment manger des œufs au cinéma, l’ile flottante en danger, une étude sur les collectionneurs de coquetiers et un article fort documenté sur « l’ovipositor » un sex toy permettant d’introduire des œufs en gélatine dans diverses cavités intimes.

L’œuf c’est aussi l’origine, le thème philosophique du premier arrivé de l’œuf ou de la poule. La métaphore peut s’appliquer aux médias. Qui est à la racine : l’information brute ou le journaliste ? Sans journaliste un fait brut n’est pas une information, sans fait brut le journalisme n’a plus de matière première de base.

On peut s’abonner ou acheter le numéro 1 de Club Sandwich sur leur site internet.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This