Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les revendications des gilets jaunes croisées avec les programmes politiques

6 décembre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Les revendications des gilets jaunes croisées avec les programmes politiques

Les revendications des gilets jaunes croisées avec les programmes politiques

L’Observatoire du journalisme ne publie pas d’articles qui ne soient pas en relation avec les médias. Mais la situation consécutive au mouvement des gilets jaunes est tellement exceptionnelle que nous publions volontiers une lettre d’un de nos lecteurs croisant les programmes officiels des candidats à l’élection présidentielle de 2017 avec les revendications des gilets. Le titre est de notre lecteur mais les intertitres sont de la rédaction.

Gilets Jaunes : Vers une solution « à l’italienne » ?

On reprochait aux Gilets Jaunes, depuis le début du mou­ve­ment, un manque de coor­di­na­tion, l’absence de cen­tral­i­sa­tion et surtout — hand­i­cap médi­a­tique majeur — l’absence de représen­tants désignés pour porter leur parole sur les plateaux TV. Ajou­tons à cela l’incapacité de la caste politi­co-médi­a­tique à saisir la sub­stan­tifique moelle de ce que l’on nom­mera pudique­ment « la grogne sociale », et on com­prend mieux son désar­roi face à ce qu’il faut désor­mais bien accepter d’appeler une révolte.

Un programme Insoumis ?

Jean-Luc Mélen­chon, le soir du dimanche 2 décem­bre, affichait une con­fi­ance toute élec­torale en affir­mant que les reven­di­ca­tions des Gilets Jaunes, pub­liées notam­ment ici, same­di 1er décem­bre, cor­re­spondraient en tout point au pro­gramme porté par LFI.

Jean-Luc Mélen­chon n’a pas tout à fait tort. Il n’a néan­moins pas tout à fait rai­son non plus. En effet, à y regarder d’un peu plus près, et en croisant l’ensemble des pro­grammes offi­ciels des can­di­dats à la dernière élec­tion prési­den­tielle, on voit se dessin­er en clair-obscur une ten­dance fort intéres­sante et, qui plus est, déjà vue et déjà testée. Non pas certes celle des HLPSDNH, au grand dam des chroniqueurs mondains, mais bien l’improbable sit­u­a­tion poli­tique qui a vu le jour en Ital­ie : l’alliance d’un par­ti d’extrême-droite respectable, la Ligue, et d’un par­ti d’extrême-gauche rel­a­tive­ment mod­éré, le Mou­ve­ment 5 Étoiles. Expli­ca­tions.

Croisement des programmes

Si on fait l’exercice de crois­er stricte­ment les reven­di­ca­tions et le con­tenu des pro­grammes des can­di­dats, c’est-à-dire sans entr­er dans le jeu des inter­pré­ta­tions et de l’exégèse, on con­state que par­mi les 42 propo­si­tions des Gilets Jaunes :

- 7 fig­urent au pro­gramme de François Fil­lon
— 9 fig­urent au pro­gramme d’Em­manuel Macron
— 10 fig­urent au pro­gramme de Benoît Hamon
— 8 fig­urent au pro­gramme de Nico­las Dupont-Aig­nant (dont 1 que Marine Le Pen ne pro­po­sait pas)
— 10 fig­urent au pro­gramme de Philippe Poutou
— 8 fig­urent au pro­gramme de Nathalie Arthaud
— 6 fig­urent au pro­gramme de Jean Las­salle
— 14 fig­urent au pro­gramme de Jacques Chem­i­nade
— 9 fig­urent au pro­gramme de François Asse­lin­eauÀ côté de cela, 20 de ces reven­di­ca­tions fig­urent au pro­gramme de Marine Le Pen (21 si on intè­gre le pro­gramme de Nico­las Dupont-Aig­nant, ce qui n’est pas illogique au vu de leur rap­proche­ment en cours de cam­pagne), et 22 au pro­gramme de Jean-Luc Mélen­chon.

29 revendications des gilets jaunes préemptées

Ce qui est encore plus intéres­sant, c’est que ces deux pro­grammes, mis en super­po­si­tion, représen­tent 29 reven­di­ca­tions des Gilets Jaunes.

Ce qui devient ensuite extrême­ment intéres­sant, c’est que les 13 reven­di­ca­tions qui ne fig­urent pas dans ces deux pro­grammes, une seule (le « zéro SDF ») fig­ure dans le pro­gramme d’un autre can­di­dat (Jean Las­salle)… Les autres ne sont inscrites dans aucun pro­gramme.

En dehors du fait qu’une seule reven­di­ca­tion, qui n’apparaît que dans le pro­gramme de LFI (l’accueil digne des migrants) pour­rait laiss­er à penser à une forme de « noy­au­tage » du mou­ve­ment par des mil­i­tants LFI, le con­stat est pour­tant lumineux. L’avenir poli­tique de ce mou­ve­ment, soutenu par plus de 80% des Français, dont « on » con­sid­ère qu’il est une impasse par manque de struc­tura­tion pour­rait bien trou­ver une sor­tie par le haut.

Cette sor­tie néces­sit­erait que deux for­ma­tions, le RN et LFI, que tout sem­ble oppos­er sur les plateaux TV, mais qui en réal­ité por­tent des reven­di­ca­tions très proches, à la fois l’une de l’autre et de celles des Français « d’en bas », con­vi­en­nent d’un rap­proche­ment sous une ban­nière com­mune.

Alliance populiste ?

Mélen­chon est un pop­uliste. Il le sait et s’assume par­faite­ment dans ce rôle de tri­bun de la plèbe urbaine auquel ses Human­ités clas­siques le des­ti­naient évidem­ment.

Marine Le Pen, mal­gré tout ce que l’on peut lui reprocher, est issu d’un par­ti qui, depuis plus de 40 ans, porte les reven­di­ca­tions de la France pop­u­laire et rurale, comme l’ont encore démon­tré les dernières élec­tions.

Le pop­ulisme des villes et le pop­ulisme des champs peu­vent-ils se ren­con­tr­er et s’allier sur un pro­gramme com­mun, déjà écrit, pour faire émerg­er un pop­ulisme Français ? La réponse devra être apportée avant les élec­tions européennes, et peut-être même avant, en cas de dis­so­lu­tion de l’Assemblée Nationale (réclamée par les deux par­tis…).

Une alliance pré-élec­torale pour­rait, de ce point de vue, et sans fusion des listes, con­stituer un moyen de con­tourn­er les obsta­cles posés par un mode de scrutin con­sid­éré (par les deux par­tis) comme con­fis­ca­toire.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.