Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Élysée compte « choisir » les reporters qui suivront Macron en déplacement

25 mai 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’Élysée compte « choisir » les reporters qui suivront Macron en déplacement

L’Élysée compte « choisir » les reporters qui suivront Macron en déplacement

Avec l’accession d’Emmanuel Macron à la présidence, les règles ont changé. Désormais, l’Élysée se réserve le droit de choisir les reporters chargés de suivre le président en déplacement. Une décision qui ne plaît pas aux médias… mais qui a inspiré les internautes. Une formule bien sentie a même circulé :

« Les journalistes ont choisi leur président. Il est bien naturel que le président choisisse ses journalistes ».

Jeu­di dernier, à la sor­tie du pre­mier con­seil des min­istres, les jour­nal­istes et pho­tographes ont été évac­ués de la cour du palais, ne pou­vant ain­si ni filmer la sor­tie des min­istres, ni les inter­roger. Si l’exé­cu­tif s’est voulu ras­sur­ant et a mis en avant des ques­tions pra­tiques, la manière de faire est totale­ment inhab­ituelle.

Autre change­ment : d’après plusieurs reporters, l’Élysée souhaite choisir, pour chaque rédac­tion, qui seront les jour­nal­istes qui accom­pa­g­neront Emmanuel Macron en déplace­ment. En con­férence de presse, le porte-parole du gou­verne­ment, Christophe Cas­tan­er, n’a pas démen­ti :

« Il y a la volon­té aus­si, notam­ment lors des déplace­ments, que le prési­dent de la République mais aus­si celles et ceux qui l’accompagnent puis­sent avoir la lib­erté de déplace­ment, d’échanges avec les Français. Vous savez comme moi que la présence de 50 jour­nal­istes, d’une dizaine de caméras, nuit un peu au dia­logue direct et à l’échange que peut avoir le prési­dent de la République avec les Français. »

Des expli­ca­tions qui n’ont pas sat­is­faits les jour­nal­istes présents dans la salle, et qui n’ont pas répon­du à la ques­tion ini­tiale, qui con­cer­nait la volon­té de l’Élysée de choisir pré­cisé­ment les jour­nal­istes en ques­tion. Plus tard, con­tac­té par Mar­i­anne, un con­seiller du prési­dent a apporté plus de pré­ci­sions. Pour lui, « il ’y a pas de rai­son pour que l’Élysée soit sys­té­ma­tique­ment suivi par la presse poli­tique. Nous voulons ouvrir l’accès à des jour­nal­istes spé­cial­isés, en fonc­tion des domaines abor­dés : économie, social, défense, diplo­matie, sport… »

Et de pour­suiv­re :

« L’idée est de per­me­t­tre à plusieurs jour­nal­istes de chaque rédac­tion d’avoir un regard sur la prési­dence, au lieu de s’enfermer dans un tête-à-tête avec quelques jour­nal­istes poli­tiques. »

Ain­si, par exem­ple, « on préfère avoir un jour­nal­iste défense sur un déplace­ment con­sacré à la défense. Si une rédac­tion veut quand même envoy­er un jour­nal­iste poli­tique, effec­tive­ment, ça peut créer de la ten­sion », a‑t-il pour­suivi, appelant les jour­nal­istes à « s’y faire ».

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision