Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Élysée compte « choisir » les reporters qui suivront Macron en déplacement

25 mai 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’Élysée compte « choisir » les reporters qui suivront Macron en déplacement

L’Élysée compte « choisir » les reporters qui suivront Macron en déplacement

Avec l’accession d’Emmanuel Macron à la présidence, les règles ont changé. Désormais, l’Élysée se réserve le droit de choisir les reporters chargés de suivre le président en déplacement. Une décision qui ne plaît pas aux médias… mais qui a inspiré les internautes. Une formule bien sentie a même circulé :

« Les journalistes ont choisi leur président. Il est bien naturel que le président choisisse ses journalistes ».

Jeu­di dernier, à la sor­tie du pre­mier con­seil des min­istres, les jour­nal­istes et pho­tographes ont été évac­ués de la cour du palais, ne pou­vant ain­si ni filmer la sor­tie des min­istres, ni les inter­roger. Si l’exé­cu­tif s’est voulu ras­sur­ant et a mis en avant des ques­tions pra­tiques, la manière de faire est totale­ment inhabituelle.

Autre change­ment : d’après plusieurs reporters, l’Élysée souhaite choisir, pour chaque rédac­tion, qui seront les jour­nal­istes qui accom­pa­g­neront Emmanuel Macron en déplace­ment. En con­férence de presse, le porte-parole du gou­verne­ment, Christophe Cas­tan­er, n’a pas démenti :

« Il y a la volon­té aus­si, notam­ment lors des déplace­ments, que le prési­dent de la République mais aus­si celles et ceux qui l’accompagnent puis­sent avoir la lib­erté de déplace­ment, d’échanges avec les Français. Vous savez comme moi que la présence de 50 jour­nal­istes, d’une dizaine de caméras, nuit un peu au dia­logue direct et à l’échange que peut avoir le prési­dent de la République avec les Français. »

Des expli­ca­tions qui n’ont pas sat­is­faits les jour­nal­istes présents dans la salle, et qui n’ont pas répon­du à la ques­tion ini­tiale, qui con­cer­nait la volon­té de l’Élysée de choisir pré­cisé­ment les jour­nal­istes en ques­tion. Plus tard, con­tac­té par Mar­i­anne, un con­seiller du prési­dent a apporté plus de pré­ci­sions. Pour lui, « il ’y a pas de rai­son pour que l’Élysée soit sys­té­ma­tique­ment suivi par la presse poli­tique. Nous voulons ouvrir l’accès à des jour­nal­istes spé­cial­isés, en fonc­tion des domaines abor­dés : économie, social, défense, diplo­matie, sport… »

Et de poursuivre :

« L’idée est de per­me­t­tre à plusieurs jour­nal­istes de chaque rédac­tion d’avoir un regard sur la prési­dence, au lieu de s’enfermer dans un tête-à-tête avec quelques jour­nal­istes politiques. »

Ain­si, par exem­ple, « on préfère avoir un jour­nal­iste défense sur un déplace­ment con­sacré à la défense. Si une rédac­tion veut quand même envoy­er un jour­nal­iste poli­tique, effec­tive­ment, ça peut créer de la ten­sion », a‑t-il pour­suivi, appelant les jour­nal­istes à « s’y faire ».

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.

David Perrotin

PORTRAIT — David Per­rotin a réus­si, en quelques années, à se forg­er une répu­ta­tion de mil­i­tant de gauche doté d’une carte de presse. Il est vrai que l’orientation de ses arti­cles est sans ambiguïté, tous les dis­cours et toutes les thé­ma­tiques tra­di­tion­nelle­ment asso­ciées à la droite étant sys­té­ma­tique­ment discrédités.