Accueil | Actualités | Médias | Le vice-président d’Uber veut fouiller la vie des journalistes
Pub­lié le 23 novembre 2014 | Éti­quettes :

Le vice-président d’Uber veut fouiller la vie des journalistes

Suite à la polémique déclenchée par les propos de son vice-président, le groupe Uber a tenté de redorer son image.

Lors d'une réception qui s'est tenue récemment à New-York, Emil Michael, vice-président du service de voiture avec chauffeur (VTC), avait clairement appelé à la création d'une équipe pour fouiller la vie des journalistes hostiles envers le groupe dans le but de faire taire leurs critiques. Celui-ci avait particulièrement visé la journaliste Sarah Lacy du site PandoDaily, auteur d'articles à charge contre Uber.

Selon 01.net, celle-ci aurait accusé l'entreprise de « sexisme et de misogynie ». « Je ne sais pas combien d'autres signaux il faudra pour comprendre que cette compagnie ne nous respecte pas et ne fait pas de notre sécurité une priorité », avait-elle écrit.

Mais devant le tollé suscité par les propos de son vice-président, le patron d'Uber, Travis Kalanick, a tenu à s'excuser à travers une série de 13 tweets. « Les commentaires d'Emil à un récent dîner étaient calamiteux et ne représentent pas le groupe », a-t-il déclaré. Cependant, ce dernier n'envisage pas de licencier M. Michael : « Tout le monde peut apprendre de ses erreurs et cela vaut aussi pour Emil. »

Uber est une entreprise de service de voiture avec chauffeur basée à San Francisco. Présente dans plus de 200 villes à travers le monde, elle doit régulièrement défendre la légalité de son activité devant les tribunaux à la demande des entreprises de taxis.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This