Accueil | Actualités | Médias | Le vice-président d’Uber veut fouiller la vie des journalistes
Pub­lié le 23 novembre 2014 | Éti­quettes :

Le vice-président d’Uber veut fouiller la vie des journalistes

Suite à la polémique déclenchée par les propos de son vice-président, le groupe Uber a tenté de redorer son image.

Lors d'une réception qui s'est tenue récemment à New-York, Emil Michael, vice-président du service de voiture avec chauffeur (VTC), avait clairement appelé à la création d'une équipe pour fouiller la vie des journalistes hostiles envers le groupe dans le but de faire taire leurs critiques. Celui-ci avait particulièrement visé la journaliste Sarah Lacy du site PandoDaily, auteur d'articles à charge contre Uber.

Selon 01.net, celle-ci aurait accusé l'entreprise de « sexisme et de misogynie ». « Je ne sais pas combien d'autres signaux il faudra pour comprendre que cette compagnie ne nous respecte pas et ne fait pas de notre sécurité une priorité », avait-elle écrit.

Mais devant le tollé suscité par les propos de son vice-président, le patron d'Uber, Travis Kalanick, a tenu à s'excuser à travers une série de 13 tweets. « Les commentaires d'Emil à un récent dîner étaient calamiteux et ne représentent pas le groupe », a-t-il déclaré. Cependant, ce dernier n'envisage pas de licencier M. Michael : « Tout le monde peut apprendre de ses erreurs et cela vaut aussi pour Emil. »

Uber est une entreprise de service de voiture avec chauffeur basée à San Francisco. Présente dans plus de 200 villes à travers le monde, elle doit régulièrement défendre la légalité de son activité devant les tribunaux à la demande des entreprises de taxis.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.