Accueil | Actualités | Médias | Le CRIF demande à Poutine de censurer Alain Soral dans les médias russes
Pub­lié le 27 janvier 2016 | Éti­quettes :

Le CRIF demande à Poutine de censurer Alain Soral dans les médias russes

Reçu il y a une semaine par Vladimir Poutine, comme d'autres représentants des communautés juives européennes, le Conseil représentatif des institutions juives de France a fait une demande curieuse au président russe.

Comme l'a rapporté Eve Gani, directrice des relations internationales de l'organisation communautaire, le Conseil a « remis au Président russe une demande particulière du CRIF pour faire en sorte que des criminels français comme Dieudonné M’bala M’bala et Alain Soral n’utilisent pas les médias russes [comme RT France ou Sputnik, NDLR] pour diffuser des thèses antisémites ».

Face aux plaintes alarmistes des différentes associations reçues ce jour-là, le locataire du Kremlin avait invité les juifs qui se sentiraient en insécurité en Europe à venir s’installer en Russie.

Suite à cet entretien médiatisé mettant clairement an cause son client Alain Soral, l’avocat Damien Viguier, a adressé une lettre au président russe. Dénonçant la légitimité du CRIF, de l'UEJF et des autres associations communautaires ou dites « antiracistes », Me Viguier fustige une « campagne de harcèlement judiciaire » et une ostracisation de son client « dans toutes les télévisions, les radios et les journaux » de France.

Contestant « formellement » les accusations du CRIF, qui relèvent selon lui « du mensonge et de l'injure », ce dernier rappelle en outre que « la notion d’antisémitisme n’est pas en droit français une infraction pénale » et n'est qu'un terme utilisé comme une arme idéologique de la part d'organisations « qui usurpent le nom de liberté et qui ne représentent qu’elles-mêmes ».

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This