Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le CRIF demande à Poutine de censurer Alain Soral dans les médias russes

27 janvier 2016

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Le CRIF demande à Poutine de censurer Alain Soral dans les médias russes

Le CRIF demande à Poutine de censurer Alain Soral dans les médias russes

Reçu il y a une semaine par Vladimir Poutine, comme d’autres représentants des communautés juives européennes, le Conseil représentatif des institutions juives de France a fait une demande curieuse au président russe.

Comme l’a rap­porté Eve Gani, direc­trice des rela­tions inter­na­tionales de l’or­gan­i­sa­tion com­mu­nau­taire, le Con­seil a « remis au Prési­dent russe une demande par­ti­c­ulière du CRIF pour faire en sorte que des crim­inels français comme Dieudon­né M’bala M’bala et Alain Soral n’utilisent pas les médias russ­es [comme RT France ou Sput­nik, NDLR] pour dif­fuser des thès­es anti­sémites ».

Face aux plaintes alarmistes des dif­férentes asso­ci­a­tions reçues ce jour-là, le locataire du Krem­lin avait invité les juifs qui se sen­ti­raient en insécu­rité en Europe à venir s’installer en Russie.

Suite à cet entre­tien médi­atisé met­tant claire­ment an cause son client Alain Soral, l’avocat Damien Vigu­ier, a adressé une let­tre au prési­dent russe. Dénonçant la légitim­ité du CRIF, de l’UE­JF et des autres asso­ci­a­tions com­mu­nau­taires ou dites « antiracistes », Me Vigu­ier fustige une « cam­pagne de har­cèle­ment judi­ci­aire » et une ostraci­sa­tion de son client « dans toutes les télévi­sions, les radios et les jour­naux » de France.

Con­tes­tant « formelle­ment » les accu­sa­tions du CRIF, qui relèvent selon lui « du men­songe et de l’in­jure », ce dernier rap­pelle en out­re que « la notion d’antisémitisme n’est pas en droit français une infrac­tion pénale » et n’est qu’un terme util­isé comme une arme idéologique de la part d’or­gan­i­sa­tions « qui usur­pent le nom de lib­erté et qui ne représen­tent qu’elles-mêmes ».

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.