Accueil | Actualités | Médias | La publicité digitale dépasse la publicité presse
Pub­lié le 24 février 2015 | Éti­quettes :

La publicité digitale dépasse la publicité presse

C'est une première. En 2014, la communication en ligne s’est hissé à la deuxième place des investissements publicitaires dans les médias, avec 3 milliards d'euros nets de chiffre d'affaires soit 25% des investissements médias, derrière la TV (27%) mais devant la presse écrite (24%).

Trois leviers de croissance se distinguent. Le premier est le mobile (407 millions d'euros) en croissance de 77% par rapport à 2013. Le second est l'achat automatisé d'espaces publicitaires sur le web, dit "achat programmatique" qui atteint 195 millions d'euros, en augmentation de 66% par rapport à 2013. Enfin la vidéo atteint 224 millions d'euros de CA, soit 65% de plus qu'en 2013. C'est une spécificité française : avec 28% des investissements de communication en ligne captés par la vidéo, la France est au-dessus de la moyenne mondiale qui s'établit à 18%.

Selon le Syndicat des Régies Internet, la publicité digitale a encore un très fort potentiel de croissance en France, ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour la plupart des médias traditionnels qui notent une forte augmentation de leurs revenus tirés du digital mais dont les baisses de recettes liés au papier (vente des journaux, publicités, petites annonces) s'effondrent encore plus vite. Chez nos voisins allemands, le digital capte 32% des investissements publicitaires, et au Royaume-Uni 37%.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This